Amoris Laetitia : le Pape fait du surplace

Attendue depuis fin octobre 2015 et la fin du Synode sur la famille où il appelait à « lire les réalités avec les yeux de Dieu », le Pape François présentait...

Pape_François_Parlement_européen_Strasbourg_25_nov_2014_17

Attendue depuis fin octobre 2015 et la fin du Synode sur la famille où il appelait à « lire les réalités avec les yeux de Dieu », le Pape François présentait ce 8 avril son exhortation apostolique Amoris Laetitia (la joie de l’amour), série de recommandations destinées aux fidèles. Malgré les espoirs, c’est un statu quo ambigu qui semble de mise.

Après huit ans de règne d’un pape jugé conservateur, l’arrivée de Jorge Mario Bergoglio en 2013 au Vatican semblait synonyme d’ouverture. L’ancien archevêque de Buenos Aires, par ses positions et sa réputation d’homme proche des fidèles, allait remettre l’Eglise face à ses défis. Jugée ringarde et pas en phase avec la réalité des vies actuelles, la rénovation semblait acter.

Vatican_Saint_Peter's_SquareC’est pour cette raison que les Synodes sur la famille de 2014 et 2015 ont été organisés. « L’Eglise ne doit pas exclure » disait-il. De là les homosexuels, les croyants divorcés et remariés y voyaient des signaux positifs d’une Eglise qui se voulait progressiste. De nombreux travaux, des consultations, des débats souvent passionnés, la papauté se donnait les moyens d’une grande révolution des réponses aux questions sociétales. Mais c’était sans compter sur les conservateurs… Les tensions se sont en effet multipliées durant les rencontres, entre les deux camps, nuancées par un discours pugnace et volontaire du Vatican. L’exhortation apostolique Amoris Laetitia allait donc tirer la quintessence de ces travaux et donner les orientations de cette « nouvelle » Eglise…

Longue de 260 pages et de 325 pages, le résultat est quelque peu  mitigé. Dans ce document, le Saint Siège se contente de tendre du bout des doigts la main aux croyants jusque-là mis de côté. Le discours est joli mais l’ensemble apparaît bien flou comme pour ne pas donner l’impression d’esquiver les questions. Concernant les divorcés remariés, pas question de remettre en cause le dogme et de répondre aux attentes en redonnant l’accès à l’eucharistie ou à la communion comme l’espéraient les concernés. Ils devront se contenter d’une « logique de la miséricorde pastorale » grâce « à des centres d’écoutes spécialisés dans les diocèses » notamment. En terme d’évolution, il semblerait qu’on tâtonne à Rome.

Idem pour les homosexuels. On n’en parle pas ou peu. Le discours est ferme et policé : « En ce qui concerne le projet d’assimiler au mariage les unions entre personnes homosexuelles, il n’y a aucun fondement pour assimiler ou établir des analogies, même lointaines, entre les unions homosexuelles et le dessein de Dieu sur le mariage et la famille ». Bref, circulez, y’a rien à voir !

La relative bonne nouvelle est destinée aux couples hétérosexuels en union libre ou mariés seulement civilement  qui peuvent aussi être des « signes d’amour » si et seulement si il y a une « stabilité consistante à travers un lien public« , ou lorsque leur union est « caractérisée par une affection profonde« , selon le Pape François. On omettra de demander avec quels critères il compte juger ces relations….

En somme, après deux ans de travail, c’est un long discours-bilan qui est présenté. Parfois poétique, très spirituel, mais avec très peu de réponses concrètes pour des croyants de moins en moins nombreux, l’Eglise passe à côté d’un rendez-vous essentiel. Tout ça pour ça ?

Grégory Ardois-Remaud

Tristan Barreiros Gueunier

Sa passion secrète : il écoute Les Grosses Têtes de Laurent Ruquier tous soirs en podcast, il ne peut pas dormir sinon... Sa manie : il ne peut pas s'empêcher de répondre et enchainer une chanson à chaque fois qu'on lui parle...

Vous aimerez aussi :

  • TRUMP ET LES LGBT : COMMENT IL LES A PIÉGÉ

    L’actualité est chargée, de l’autre côté de l’Atlantique pour les LGBT américains ces dernières semaines. Après la sortie du Président des États-Unis largement relayée sur les réseaux sociaux au...
  • Et un jour une « femme »…

    Comme quoi, même chez nos amies les bêtes, Les Feux de l’Amour gays existent « L’amour triomphe toujours » dit l’adage. Même malgré des rebondissements rocambolesques, ce sentiment reste d’une puissance...
  • OLIVIER MINNE : ENFIN LE COMING OUT !

    S’identifiant publiquement comme bisexuel depuis un peu plus de trois ans, Olivier Minne semble avoir tourné la page de cette révélation sur laquelle il revenait pourtant en Mars dernier...
  • TRANSIDENTITÉ : ZONE INTERDITE LÈVE LE VOILE

    « Je ne souhaiterais pour rien au monde que mon enfant soit transgenre. Je pense que j’ai assez d’une seule transition dans ma vie. Je ne supporterais pas d’en vivre...