Carol, Free Love : plus de visibilité pour les lesbiennes à Hollywood ?

Avec Carol, les lesbiennes ont enfin leur grand mélo hollywoodien ! Nommé aux Oscars et récompensé au Festival de Cannes, le film de Todd Haynes offre une visibilité inédite...

imgres

Avec Carol, les lesbiennes ont enfin leur grand mélo hollywoodien ! Nommé aux Oscars et récompensé au Festival de Cannes, le film de Todd Haynes offre une visibilité inédite à la communauté. Free Love, un autre drame lesbien est également sorti dans les mêmes temps. Est-ce enfin une « belle saison » pour les lesbiennes à Hollywood?

Ce n’est pas un scoop. Avant Carol et Free Love, les lesbiennes étaient plutôt aux abonnées-ab- sentes dans les grandes prods américaines. Anne Delabre, fondatrice du ciné-club Le 7e Genre, nous le confirme : « Dans la programmation du 7e Genre, j’essaie d’avoir une diversité de représentations autour des genres et des sexualités. Je me suis aperçue qu’il était difficile de trouver des films autour d’histoires lesbiennes ».

De la censure à la libération nuancée

Jusqu’à la fin des années 1960 (code de censure Hayes oblige), il fallait, en effet, lire entre les lignes pour les reconnaître dans le cinéma hollywoodien (la gouvernante dans Rebecca ou Joan Crawford dans Johnny Guitare). Lorsqu’elles osaient s’afficher plus frontalement, il y avait toujours une punition à la clé (meurtre, suicide) pour montrer au grand public qu’être lesbienne, ça reste mal (La Rumeur, de W. Wyler).

Si l’abolition du code Hayes a permis aux homos garçons de se montrer au grand jour (dans des films, certes, pas toujours très flatteurs), les lesbiennes, elles, sont restées à la traîne et souvent cantonnées à des fantasmes hétérosexuels : que l’on pense au couple de vampires Deneuve/Sarandon dans Les Prédateurs ou au duo de Mulholland Drive. Quant à The Kids are All Right, premier film…

DECOUVREZ LA SUITE DU REPORTAGE DANS LE NUMÈRO 3 DE GARCON MAGAZINE EN KIOSQUE OU

ABONNEZ-VOUS POUR NOUS SOUTENIR

Tristan Barreiros Gueunier

Sa passion secrète : il écoute Les Grosses Têtes de Laurent Ruquier tous soirs en podcast, il ne peut pas dormir sinon... Sa manie : il ne peut pas s'empêcher de répondre et enchainer une chanson à chaque fois qu'on lui parle...

Vous aimerez aussi :