Once upon a time : Le baiser lesbien de la saison 5 au cœur d’une polémique politique (attention SPOILER)

Le 17 avril dernier, les aficionados américains de la série, crée par Edward Kitsis et Adam Horowitz, ont pu assister à un long baiser langoureux entre les personnages de...

Le 17 avril dernier, les aficionados américains de la série, crée par Edward Kitsis et Adam Horowitz, ont pu assister à un long baiser langoureux entre les personnages de Ruby et Dorothy. Un étreinte qui aurait pu passer inaperçue dans un pays où le mariage homosexuel est reconnu dans tous les états depuis le 26 juin 2015. Pourtant la virulence des commentaires sur la Toile laisse à penser que l’ouverture des esprits n’est pas encore acquise dans la réalité…comme dans la fiction.

logo-once-upon-a-time-jpg

Cela fait maintenant cinq ans que la série est diffusée sur la chaîne ABC aux Etats-Unis. Avec à sa tête Jennifer Morisson, qui incarnait il y a quelques temps encore le poil-à-gratter de Docteur House, la série est un véritable succès au point que, durant plusieurs années,  c’est le deuxième programme le plus suivi de la chaîne, juste derrière le mastodonte Grey’s Anatomy. En France, un temps diffusé sur M6, après une érosion de l’audience, c’est désormais sur 6ter que l’on peut retrouver les différents personnages. Il faut dire que le pari est osé pour cette série fantastique qui s’inspire notamment des différents contes de fées de notre enfance.

Et pour ce 18è épisode de la saison, les scénaristes semblent l’avoir pris au mot littéralement. En effet, intitulé « Ruby Slippers » (Les Souliers de Rubis en français, en référence aux fameux souliers rouges de Dorothy dans le Magicien d’Oz), cette nouvelle aventure emmenait le personnage de Ruby à la recherche de Dorothy disparue mystérieusement. Après une série de péripéties, les deux femmes finissent par se retrouver et s’embrasser fougueusement pour libérer Dorothy de son sort. Une scène qui aurait dû se contenter d’alimenter l’intrigue de la série mais qui, d’emblée, a été vivement commentée sur les réseaux sociaux.

once-upon-time-ruby-dorothy-kiss

Un contexte de défiance autour des droits LGBT dans les états conservateurs

« Je suis vraiment déçue ! Je ne rate jamais la série mais je pense l’arrêter et vous devriez faire de même » ou encore « Sérieusement ? Pourquoi faire de Dorothy un personnage homosexuel ? Mes enfants et moi regardions la série jusqu’à ce soir et c’est bien la dernière fois. Nous n’allons plus regarder la série ». Les réactions de réprobations ont été nombreuses au point que les producteurs ont dû s’exprimer : « L’épisode de dimanche dernier a une fois de plus été un bel exemple que dans les contes de fées, comme dans la vie, l’amour c’est de l’amour ». Loin de s’excuser, ils ont même affirmé que la relation entre les deux personnages serait traitée comme toutes les autres. Ce qui peut laisser supposer une poursuite de cette intrigue dans les prochains épisodes, dont celui de dimanche à venir. Reste à savoir si les fans seront alors de retour devant leurs écrans.

Il faut dire que dans le contexte actuel autour des droits LGBT américains, la fiction lance un véritable pavé dans la marre des Conservateurs. En effet, depuis plusieurs semaines, pour contrer la décision de la Cour Suprême des Etats-Unis autorisant les couples homosexuels à se marier, il y a quelques mois, les assemblées législatives de plusieurs états conservateurs comme l’Indiana, le Mississippi ou encore la Géorgie tentent de mettre en place des lois discriminatoires à l’encontre des citoyens LGBT. De nombreuses stars telles que Bruce Springsteen ou encore Cindy Lauper s’étaient alors insurgées de ces propositions archaïques. Les associations LGBT ont même appelé Hollywood à la rescousse pour les aider à contrer ces projets.

En Géorgie notamment, Chad Griffin, le président de l’ONG Human Rights Campaign, a invité les studios à faire pression sur Nathan Deal, le gouverneur, pour qu’il oppose son véto à la loi. Le message semble avoir été entendu puisqu’une quarantaine d’acteurs et de producteurs ont depuis signé une lettre prévenant le gouverneur que si cette loi était promulguée il n’y aurait plus de créations cinématographiques et télévisuelles dans l’Etat. C’est un vrai manque à gagner pour cet état. En effet, il est aujourd’hui quatrième dans la production cinématographique et en 2015, c’est pas moins de 1, 7 milliard de dollars de gain pour les finances locales, selon le bureau du gouverneur.

Avec cette scène et cette nouvelle intrigue, Once upon a time semble, elle aussi, se lancer dans cette bataille pour la tolérance et contre le recul de la visibilité. Le pari est osé pour une série s’inspirant de contes traditionnels et au fort public familial. Celui-ci semble pourtant avoir oublié que déjà chez Perrault ou Andersen, entre les lignes, l’homosexualité était bel et bien présente.

Reste à savoir comment les téléspectateurs français réagiront lors d’une diffusion attendue à l’automne prochain sur la chaîne 6ter. Après tout, notre pays a aussi adopté le mariage homosexuel….

Grégory Ardois-Remaud

 

 

Tristan Barreiros Gueunier

Sa passion secrète : il écoute Les Grosses Têtes de Laurent Ruquier tous soirs en podcast, il ne peut pas dormir sinon... Sa manie : il ne peut pas s'empêcher de répondre et enchainer une chanson à chaque fois qu'on lui parle...

Vous aimerez aussi :