Focus sur l’asexualité

...

Drapeau

Dans un monde où le sexe est omniprésent, cet état est souvent incompris. Pourtant, depuis quelques années, l’asexualité fait son coming out. D’après les estimations d’Anthony Bogaert de la Brock University, l’asexualité toucherait 1% de la population mondiale.

En 2011, la journaliste Sophie Fontanel avait raconté qu’elle avait cessé de faire l’amour dans un ro- man intitulé L’envie. Des critiques lui avaient été faites. C’est dire que le chemin pour l’acceptation est encore long. C’est pour cela que depuis 2013, l’Ava (l’Association pour la visibilité asexuelle) organise tous les 26 avril la Journée de l’asexualité en France. C’est l’occasion de revendiquer la reconnaissance de l’asexualité comme une orientation sexuelle à part entière. Un asexuel est une personne qui ne ressent pas de désir sexuel. Cela dit, ça n’empêche pas certains d’avoir tout de même des rapports sexuels. Le sexe peut être négocié et peut même susciter du plaisir dans la mesure où il va davantage s’attacher à la connexion…

DECOUVREZ LA SUITE DU REPORTAGE DANS LE NUMÈRO 4 DE GARCON MAGAZINE EN KIOSQUE OU

ABONNEZ-VOUS POUR NOUS SOUTENIR

Grégory Ardois-Remaud

Nantais d’origine, le jeune journaliste est un passionné avant tout qui aime s’évader dans le jardinage ou la littérature. Son talent caché ? Il connaît la bio de Louis de Funès sur le bout des doigts.