PORTRAIT : VARTOCH’ : 12 points pour son Eurovartovision

Vous avez déjà sûrement croisé Vartoch’ aux Follivores où il est, depuis les débuts, le chef des Catastrofêtes. Artiste aux multiples talents (il chante, danse et joue la comédie),...

Vous avez déjà sûrement croisé Vartoch’ aux Follivores où il est, depuis les débuts, le chef des Catastrofêtes. Artiste aux multiples talents (il chante, danse et joue la comédie), ce Parisien de souche qui a participé aux grandes heures du Piano Zinc est aussi le créateur de l’Eurovartovision, une parodie gaiement décalée du célèbre concours de chansons.

Alors que la 24è édition va avoir lieu le lundi 13 juin au Palais des Glaces, voici le portrait d’un garçon-chanteur aussi drôle que sensible.

Vartoch

Comme Michel Heim (le papa des Caramels Fous), Vartoch’ s’est d’abord essayé à la comptabilité avant de bifurquer vers ce qui l’a toujours fait rêver : la scène et la chanson. «Gamin déjà, je jouais avec ma sœur au « playback» sur les tubes de mes idoles : Sheila, France Gall, Sylvie Vartan ! Je lui dois ce surnom de Vartoch’, donné par Virginie Lemoine, à l’époque du Piano Zinc Le Piano Zinc, justement.

C’est dans ce bar gay des 80’s et 90‘s qu’il fit ses premières armes parallèlement à ses cours à l’atelier Michel Fugain. C’est là aussi que, pour la Fête de la Musique 1992, il eut l’idée folle de lancer L‘Eurovartovision, une version encore plus gay de l’Eurovision qu’il a toujours adorée. Et ça dure depuis 24 ans ! « La première année, c’est même ma mère qui a gagné ! ».

L’évènement, soutenu par Jean-Paul Gaultier et Marie Myriam, s’est baladé à La Cigale, au Bataclan, à Bobino avant de se produire au Palais des Glaces. Comme dans le concours original, les participants représentent un pays et parodient une chanson made in Eurovision soigneusement sélectionnée par Vartoch’. Les prestations sont ensuite départagées par des personnalités et le public. « J’adorerais avoir Jane Birkin ou Vanessa Paradis dans le jury ».

La clé pour gagner ? « Savoir bien chanter, avoir de l’imagination, de l’humour et surtout ne pas se prendre au sérieux ! ». On y a vu naître Yvette Leglaire ou La Diva Live. On y a vécu de grands moments de rire, d’émotion… mais aussi quelques belles gamelles. C’est ça, la magie du direct !

13347018_10154318535666661_1742423206346254364_n

Quand il n’officie pas aux Follivores – sa deuxième famille -, Vartoch’ est aussi sur les planches : Les Années Twist, Peines de cœur d’une chatte française d’Alfredo Arias, Rabbi Jacob, Hairspray… Là, il rêve de jouer dans Priscilla, folle du désert qui doit se monter à Paris en 2017 tout en peaufinant le texte d’un spectacle qu’il a co-écrit avec sa sœur. « Beaucoup me disent que je devrais aussi monter un one man show autour de ma vie artistique ».

Et les amours dans tout ça ? Lui qui a vu émerger la visibilité gay a toujours plutôt bien vécu son homosexualité. « Ma mère et ma grand-mère m’ont toujours soutenu ». Après quelques belles histoires, Vartoch’ est aujourd’hui un cœur à prendre. Si vous aimez rire et chanter, vous savez ce qu’il vous reste à faire !

L’Eurovartovision,

Lundi 13 juin 2016 à 20h15 au Palais des Glaces (Paris)

Julien CALZA

Tristan Barreiros Gueunier

Sa passion secrète : il écoute Les Grosses Têtes de Laurent Ruquier tous soirs en podcast, il ne peut pas dormir sinon... Sa manie : il ne peut pas s'empêcher de répondre et enchainer une chanson à chaque fois qu'on lui parle...

Vous aimerez aussi :