Acteurs pornos gays, pourquoi ils arrêtent tous ?

Savez-vous que vous passez 9 minutes et 14 secondes en moyenne par jour sur Pornhub à mater vos acteurs pornos gays préférés ? Mais pourquoi arrêtent-ils et que deviennent-ils...

Savez-vous que vous passez 9 minutes et 14 secondes en moyenne par jour sur Pornhub à mater vos acteurs pornos gays préférés ? Mais pourquoi arrêtent-ils et que deviennent-ils une fois leur carrière terminée ? Nous sommes donc partis à la rencontre de Jordan Fox, Fabian Esteban et Anthony, qui nous ont fait bander pendant toute notre adolescence, afin d’en savoir plus sur leur reconversion.

UN MÉTIER DE COURTE DURÉE

Oubliez toute forme de retraite pour plusieurs raisons : la carrière de comédien dans le secteur du sexe semble très courte en France, il arrive en effet que certains ne fassent qu’une ou deux scènes. Très peu d’intermittents en font, parfois par passion, leur business à temps plein, ce qui peut pouvait être très lucratif. Selon nos constatations, les acteurs qui déclarent leurs revenus et cotisent pour un futur plus doux ne sont pas légion (en France, tout du moins).

Jordan Fox, une des dernières pornstars françaises avec sept ans de carrière et plus d’une centaine de scènes à son actif, avoue que sa filmographie « continue curieusement de s’allonger ». En effet, les productions ressortent ses scènes en remontant des rushs ou bien en font des best of, alors qu’il a arrêté sa carrière depuis plus d’un an. Hé oui, on ne lâche pas comme ça un bon produit, compte tenu des contrats de droit à l’image qui peuvent durer 99 ans dans certaines productions.

« Voir des acteurs se tourner […] vers les studios bareback m’a assez refroidi : c’est le plombage assuré ! »

 

Chacun a, bien sûr, de bonnes raisons de quitter ce milieu professionnel. Pour certains, comme Fabian Esteban, c’est principalement la crainte des IST : « malgré les protections, le risque zéro n’existe pas. Voir des acteurs se tourner de plus en plus vers les studios bareback [sans préservatif, ndr] m’a assez refroidi : c’est le plombage assuré ! ».

Le risque est en effet réel depuis quelques années en France, les très safes boîtes de production pornos Menoboy et Crunchboy ayant cédé à la tentation du « sans ca- pote » depuis 2015. C’est d’ailleurs aussi une des raisons qui a poussé Anthony à décrocher : « moins pour le risque, mais plus pour l’image que nous montrons aux jeunes et pour l’influence…

La suite à retrouver dans Garçon Magazine n°5, chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous, et recevez une montre IceWatch d’une valeur de 79€ !

Tristan Barreiros Gueunier

Sa passion secrète : il écoute Les Grosses Têtes de Laurent Ruquier tous soirs en podcast, il ne peut pas dormir sinon... Sa manie : il ne peut pas s'empêcher de répondre et enchainer une chanson à chaque fois qu'on lui parle...

Vous aimerez aussi :