Epicentre Films, éruption de passions

Une identité forte, une rigueur d’excellence, des prises de risque assumées, la société de distribution et de production cinématographique ÉPICENTRE FILMS a bien voulu se raconter. Rencontre avec Daniel...
capture-decran-2016-09-20-a-12-49-37

capture-decran-2016-09-20-a-12-49-37

Une identité forte, une rigueur d’excellence, des prises de risque assumées, la société de distribution et de production cinématographique ÉPICENTRE FILMS a bien voulu se raconter. Rencontre avec Daniel Chabannes, le fondateur de la société.

Comment est née ÉPICENTRE FILMS ?

J’ai créé la boîte en 1994 : j’avais vécu à San Francisco, notamment au moment du tremblement de terre, d’où le nom d’Épicentre…

epicentre-films

Qu’en était-il de votre démarche à l’époque ?

Au début, ÉPICENTRE FILMS avait été créée pour pro- duire les courts-métrages que je réalisais. Il s’est trouvé que l’un de mes documentaires a bien marché dans des festivals internationaux [ndlr : Folsom Street Fair ou les Folles Journées de San Francisco (1996)], et que j’ai eu l’opportunité de voir beaucoup de films non distribués en France. Au l de discussions avec des amis, ceux-ci m’ont suggéré de devenir également distributeur, a n de mettre la lumière sur des œuvres inconnues. Et donc, depuis nos débuts de distribution, ce n’est pas moins de 100 films qui sont sortis en salle. Aujourd’hui, lorsque nous achetons un film, nous prenons l’ensemble des droits (TV, Internet et DVD) a n de pouvoir exploiter ceux-ci au mieux.

« Devenir également distributeur, [c’est] mettre la lumière sur des œuvres inconnues »

Quand avez-vous commencé à produire ?

Il y a à peu près sept ans. Nous ressentions comme une frustration. Un besoin d’intervenir sur les films dès l’écriture du scénario ou du projet. On s’est donc lancés, et on ne le regrette pas ! Nous avons coproduit beaucoup de films qui nous tiennent à cœur comme, par exemple, Le Dernier Eté de la Boyita de Julia Solomonoff., Bambi de Sébastien Lifshitz, La dernière fois que j’ai vu Macao de Joao Pedro Rodrigues, Théo & Hugo dans le même bateau de Ducastel et Martineau et Olmo et la Mouette qui sort le 31 août….

Tristan Barreiros Gueunier

Sa passion secrète : il écoute Les Grosses Têtes de Laurent Ruquier tous soirs en podcast, il ne peut pas dormir sinon... Sa manie : il ne peut pas s'empêcher de répondre et enchainer une chanson à chaque fois qu'on lui parle...
Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter

Vous aimerez aussi :