La Femme Garçon : Nina Morato

Jimmy a rencontré Nina Morato, de retour avec un nouvel album. Tentez votre chance et recevez votre album dédicacé !

Jimmy a rencontré Nina Morato, de retour avec un nouvel album. Tentez votre chance et recevez votre album dédicacé !

 
 

FEMME INCANDESCENTE

 

Il y a des airs qui nous restent dans la tête, des refrains qui s’entêtent. Il y a des timbres à jamais familiers, des chansons qu’on se surprend à fredonner parfois ou qu’on connaît par cœur parce qu’elles ont toujours été là. Après une longue absence, elle a suivi sa voix et l’air de rien, en état de grâce, elle nous revient avec un disque-bijou éponyme : Nina Morato.

 

« La célébrité est une salope », une citation qui n’appartient vraiment à personne, on la retrouve déclinée dans quelques répliques de films, on l’attribue aussi à Brad Pitt, Fame is a bitch, pour dépeindre la notoriété comme une Mariecouche-toi-là. Car c’est vrai, la célébrité est une fille facile. Et si elle a profondément changé la vie d’une certaine Stéphanie de Malakoff lorsqu’elle est devenue Nina Morato il y a quelque vingt années de cela, elle ne l’a jamais fait dévier de sa trajectoire. Quelques virages pris trop vite, au début, au temps des paillettes, des bulles de champagne et des cigarettes malhonnêtes. Mais Nina a un secret. Un amour caché en plein sous les projecteurs. Quelque chose qu’elle a découvert un jour et qui l’a embrasée, à jamais. « Évidemment, je cherchais les sensations fortes, et je les cherchais dans les histoires d’amour. Et je m’étonnais sur ce que les gens racontaient, que ça les ravissait etc., moi je ne vivais pas ça, et je ne comprenais pas pourquoi. Je me disais : « Je ne connais pas ce truc dont les gens parlent. » Et puis quand j’ai fait ma première scène, j’ai compris pourquoi j’existais, pourquoi j’étais là, et ça a tout changé ».

Oui, ça a tout changé, en bien et en très vite. Une Victoire de la Musique, les télés, les sourires. Et la scène. Au Café de la Danse, où j’ai eu la chance de la voir à l’époque, Nina Morato, c’était une expérience. Quand Nina chante, elle nous captive et quand elle chante sur scène, elle nous emmène. Suivre Nina le temps d’un concert, c’est partir pour un voyage dont on ne connaît pas la destination et s’en ficher complètement. Suivre la voix qui vibre et entre en résonnance avec vos tripes. Nina Morato, c’est un trip. Un truc stupéfiant aux effets délicieux. J’écoute ses chansons depuis toujours, et forcément je le lui dis. Chaque évocation de titre allume une étoile dans ses yeux, la faisant rougir comme une petite fille : « C’est chouette d’entendre ça ! J’ai traversé pas mal de désert pendant ces années et je n’avais aucune notion de ce que j’avais laissé »…

 
 

La suite à retrouver dans Garçon Magazine n°7, chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous, et recevez une montre !

 
 

Et pour tenter de gagner un des albums dédicacés par Nina Morato, entrez votre adresse mail !

Sarah Boudena

Chez Garçon Magazine, on trouve aussi des filles ! Sa passion secrète : Le binge watching. Bien installée sur son canapé, emmitouflée dans son plaid, avec son chat et son amoureux.

Vous aimerez aussi :