TÉMOIGNAGE : Cyril, 30 ans, Paris

Cyril vous raconte son histoire.

Cyril vous raconte son histoire.

Parce que Garçon Magazine n’est rien sans ses lecteurs, place à l’histoire de l’un d’entre vous. Il s’appelle Cyril, il a 30 ans et il a souhaité vous faire partager son parcours en tant que gay.

Je m’appelle Cyril, j’ai bientôt 30 ans. Je suis né et j’ai grandi dans le Sud du Massif Central. J’ai découvert que j’étais attiré par les hommes vers l’âge de 15-16 ans.

Cela n’a pas été facile de le dire et d’assumer, car mon département était rural et catholique (du moins lorsque j’avais cet âge). Pour vivre ma sexualité, je savais que ce n’étais pas ici que je trouverai l’amour, puis à mon âge je voulais plutôt avoir des expériences. Heureusement j’avais Internet, pour chatter (comme on le disait à l’époque), et je me souviens que les discutions commencer souvent par c’est quoi ton « ASV » (âge, sexe, ville). Bref j’ai quand même fait des connaissances dans ma ville, et celles-ci se sont transformer en « plans » régulier ou spontané, car personne ne voulait assumer et donc tenter une relation amoureuse. Ces moments intimes se dérouler parfois chez eux, où à l’extérieur dans des endroits cachés (de peur du regard ou des réactions des gens) ou chez moi, quand mes parents n’étaient pas là. Mais au bout d’un certain temps, je voulais du sérieux, choses que personnes ne souhaiter, du coup j’en souffrais. J’ai quitté le département rapidement pour mes études, c’est à ce moment-là que j’ai fait mon coming-out à ma famille et par chance ils l’ont bien pris (j’ai mis un an, après l’avoir dit à ma mère et mes sœurs, avant de le dire à mon père, j’avais peur d’être mis dehors mais fort heureusement mes parents m’ont dit des choses que je n’oublierais jamais). J’ai trouvé l’amour (à distance) avec un garçon de Dijon, mais nous nous sommes vue longuement (en vrai) et cela a durée 6 mois, ce fut ma première grande histoire. Puis après je suis revenu chez mes parents pour de nouvelles études, avant de monter sur la Capitale, où j’ai été libéré, car ici je me suis senti vivre et j’avais peux ou plus peur du regard et du jugement des gens.

Je suis sur Paris depuis 2008, et c’est grâce au fait que j’ai été accepté et que j’ai réussi les tests d’entrée dans une bonne école d’art graphique. Je me suis fait de bons amis, j’ai même eut des connaissances gay et bi dans mon école ce qui m’a permis de m’ouvrir totalement et ce qui m’a permis de m’assumer, même en public. J’ai eu pas mal d’expériences (plans normaux ou à 3, histoires d’amour plus ou moins longue, etc.). Depuis que je suis sur paris j’ai eu deux grandes histoires, une de deux ans et 3 mois, et, une qui dure encore aujourd’hui (cela fait 4 ans et demi). Il est vrai que nous avons eu des hauts et des bas (comme partout) mais le dialogue fait que nous sommes arrivés à passer les épreuves et à faire que l’amour soit plus fort que tout, du coup plutôt que de foutre en l’air une histoire d’amour, quelques soit les faits, parlez-vous, et tenter de vous comprendre car une vrai et belle et grande histoire d’amour vaut d’être vécu, et j’espère que la mienne durera longtemps encore… puis pour la faire vivre mettez du piment aussi ^^.

En dehors de tout ça, je tente, avec mon copain, d’être plus prudent dans les rues de Paris et d’ailleurs, car nous avons peur maintenant de nous tenir la main ou de nous embrasser. Cette peur est dû aux agressions homophobes depuis « la Manif pour tous », la montée des extrêmes partout en Europe et dans le Monde. J’espère que ces tensions et ce manque de respect envers les LGBT changera et que la tolérance redeviendra un mot fort dans nos sociétés.

Mon récit n’est pas terrible et très ordonné, ce n’est pas facile de tout raconter en quelques signes, mais surtout aimez-vous les un(e)s les autres, car l’amour (amical ou amoureux) et tout ce qui va avec (comprenez ce que vous voulez) ce sont les plus belles choses qui nous rassemble !

Grégory Ardois-Remaud

Nantais d’origine, le jeune journaliste est un passionné avant tout qui aime s’évader dans le jardinage ou la littérature. Son talent caché ? Il connaît la bio de Louis de Funès sur le bout des doigts.

Vous aimerez aussi :