Avignon en pince pour la LanGouste à BreTelles

Homophobes, attention au coup de pince ! La LanGouste à Bretelles, collectif associatif du Vaucluse, prend forme du côté d’Avignon, rassemblant les associations du territoire autour d’un même combat : la lutte contre...

Homophobes, attention au coup de pince ! La LanGouste à Bretelles, collectif associatif du Vaucluse, prend forme du côté d’Avignon, rassemblant les associations du territoire autour d’un même combat : la lutte contre toute forme de discrimination. Rencontre avec Nathalie Sarlat, Présidente du collectif. 

Qu’est-ce que la LanGouste à BreTelles…et pourquoi un tel nom ?  

La LanGouste à BreTelles est le Centre lesbien, gay, bi, trans, queer et intersexe que nous avons fait naitre il y a quelques mois à Avignon. Nous formons avec plusieurs associations LGBT du territoire un collectif dont l’objectif est d’imposer le Vaucluse comme une terre de lutte contre toute forme de discrimination. Ensemble, nous sommes plus forts, mieux organisé. Mais le centre est aussi un lieu pour échanger et se renseigner dans un cadre convivial. C’est pour cela que nous avons choisi ce nom un peu hors-du-commun. Sans signification particulière, on y retrouve les lettres LGBT, le côté fun en plus. Difficile d’oublier un tel nom qu’en pensez-vous ? 

Votre création est relativement récente : où en êtes-vous dans vos projets ? 

La maire d’Avignon, Cécile Helle a mis à notre disposition en avril dernier des locaux que nous aménageons actuellement pour proposer un accueil dans un cadre chaleureux. Nous donnons en ce moment les derniers coups de pinceau mais la vie associative est déjà là : l’antenne avignonnaise du Refuge y mène des actions le samedi matin, SOS Homophobie, AIDES, les associations ELEA, Des ils et des elles, Chrétiens et Sida… se forment, organisent des réunions… au cours desquelles on évoque les projets à court et moyen termes. 

Concrètement, quels sont vos prochain rendez-vous? 

Concrètement, nous venons d’ouvrir une permanence de dépistage sida-hépatites (chaque mercredi après-midi), nous développons aussi un accueil généraliste chaque samedi après-midi, tenons une soirée festive mensuelle…Nous finalisons aussi notre programme d’activités pour la journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, qui a lieu le 17 mai prochain. Nous organiserons le samedi 20 mai une après-midi entière de concerts sur la place des corps-saints. 

A vocation généraliste, ce pôle LGBT a-t-il vocation à répondre à des problématiques plus spécifiques ? 

Nous sommes particulièrement sensibles aux publics les plus fragiles : les jeunes, les personnes âgées LGBT, les femmes victimes de lesbophobie et les transgenres. On s’aperçoit par exemple que les personnes « trans » sont, dans les statistiques, très exposées au risque de suicide en raison du rejet et de l’incompréhension vis à vis de leur situation. Pour la lesbophobie, c’est différent. Beaucoup de victimes tendent à se rendre « invisibles ». Nous souhaitons les aider à aller mieux, à s’affirmer avec le sourire. Le militantisme est en cela une thérapie. En militant, on assume un message et on apprend à s’aimer davantage. Je l’ai vécu personnellement à travers les moqueries de collégiens vis-à-vis du fils de ma compagne. Depuis, j’interviens en milieu scolaire avec SOS homophobie pour sensibiliser les jeunes. Former les publics « autres » à la question LGBT est une de nos priorités car bien souvent, le rejet vient de la méconnaissance. 

PLUS D’INFOS 

S’y rendre : 10 rue Rateau, Avignon 

La page Facebook : La lanGouste à BreTelles 

polelgbt.vaucluse@gmail.com 

Vous aimerez aussi :