Les films (LGBT) à ne pas manquer en 2017 –

...

Le début d’année aura été marqué dans les salles obscures par un évènement majeur dans le cinéma LGBT : « Moonlight » de Barry Jenkins qui est probablement le film hollywoodien le plus important à parler d’homosexualité depuis « Brokeback Mountain ».  

Dans les mois à venir, les spectateurs ne seront pas en reste avec quelques autres films très attendus :  

  • Nos Années folles, le nouveau film d’André Téchiné, adapté d’une histoire vraie qui 

a également inspiré la bande-dessinée « Mauvais genre ».  

Un soldat déserteur de la guerre 14-18, se cache en se travestissant, aidé de sa femme.  

D’abord mû par la nécessité, après la fin du conflit et la déclaration de l’amnistie pour les déserteurs, l’homme n’entend pas pour autant retrouver ses attributs masculins.  

Autour du couple formé par Pierre Deladonchamps (le héros de L’Inconnu du lac) et Céline Sallette, on retrouvera Michel Fau, Claude Gensac dans son dernier rôle au cinéma et Grégoire Leprince-Ringuet. 

  • THE DEATH AND LIFE OF JOHN F. DONOVAN  

Un nouveau film de Xavier Dolan c’est toujours un événement. Un an seulement après « Juste la fin du monde », le jeune prodige canadien revient avec son premier film en langue anglaise et un casting aussi class qu’éclectique : autour de Jessica Chastaing on retrouvera Susan Sarandon, Kit Harrington (de la série Game of Thrones), Kathy Bates ainsi que la chanteuse Adèle pour sa première apparition au cinéma.  

Le film raconte la relation secrète d’une star hollywoodienne avec un jeune britannique, alors que la rédactrice en chef d’un tabloïd tente de détruire sa vie. 

Du suspense, du sexe et du scandale en perspective pour le plus popstar des cinéastes.  

  • Un couteau dans le cœur. Yann Gonzalez, réalisateur du très remarqué « Les Rencontres d’après minuit » en 2013 revient avec un 2e long-métrage. Vanessa Paradis incarne une productrice de porno gay à la fin des années 70 dans ce thriller sexuel qui devrait jeter un coup de pied dans la fourmilière ronronnante du cinéma hexagonal.  

D’autres films, d’auteurs moins connus, pourraient créer la surprise :  

  • HEARTSTONE  de Gudmundur Arnar Gudmundsson 

Il a remporté trois prix au dernier festival Premiers Plans d’Angers (dont le grand prix), après avoir été remarqué à la Mostra de Venise.  

C’est donc avec beaucoup d’attention que nous guetterons la sortie de ce petit film islandais plus que prometteur.  

Une histoire d’amitié adolescente dans un petit village de pêcheurs à l’âge de l’éveil des sentiments.   

  • LES INITIES (sortie le 26 avril). Ce film Sud-africain, présenté au festival de Berlin, et sérieux prétendant au Teddy Award (NDLR : article rédigé avant le palmarès) est l’un des rares longs métrages de fiction à aborder frontalement l’homosexualité dans les pays d’Afrique noire.  

Il y suit un homme chargé d’organisé les rites d’initiation pour les adolescents de sa communauté, et qui profite de ces expéditions pour retrouver secrètement un amant.   

Le film creusera ainsi le sillon de « Moonlight », en traitant de la question de la virilité au sein de populations pour lesquelles l’homosexualité est encore hautement tabou.  

Il sera présenté le 8 mars en ouverture du festival « Ecrans Mixtes » à Lyon.  

FERMER
FERMER