Vidéo : Beetween Us

Pour le Mobile Film Festival, Nicolas Decoster nous a fait rire ! On regarde, on vote, on partage !

Pour le Mobile Film Festival, Nicolas Decoster a fait rire ! On regarde, on vote, on partage !

 
 

Le principe est simple : 1 minute, 1 film, 1 mobile. Après il faut trouver l’idée originale et réussir à captiver son spectateur de bout en bout. Nicolas Decoster a plutôt bien réussi l’exercice avec Beetween us, jouant sur la surprise avec une chute assez inattendue pour une intrigue de gangsters. Mais après tout, pourquoi pas ? Il accepté de répondre à nos questions.

 

PEUX-TU TE PRÉSENTER ?

Je m’appelle Nicolas Decoster, je suis Bruxellois et j’ai présentement 27 ans.

J’ai commencé à réaliser quelques films avec des amis étant plus jeune. Par la suite je me suis tourné vers la technique et j’ai commencé à travailler dans le milieu du 7e art. La lumière et la camera sont les deux aspects les plus présents dans ma vie professionnelle, mais j’ai continué à faire des court-métrages dès que mon temps libre me le permettait.

 

COMMENT T’ES VENUE L’IDÉE DU COURT-MÉTRAGE ?

Je voulais raconter le début d’une histoire d’amour peu commune… Ou quelque chose de drôle si possible… Mais surtout, je voulais semer le doute et engendrer le questionnement dans l’esprit du spectateur, donc rester flou sur la première partie du film, pour ensuite tout dévoiler.

 

POURQUOI CE SUJET EN PARTICULIER 

Puisque j’avais à ma disposition un casting majoritairement masculin, j’ai adapté l’écriture du scénario et donc influencé les préférences de Max, mon personnage principal.
J’ai toujours eu dans mon entourage plusieurs personnes aux orientations sexuelles diverses, je ne fais pas la différence, pas de jugement ou d’étiquetage social. J’ai conscience que cette façon de penser n’est pas encore majoritairement présente dans nos sociétés. J’ai donc abordé le sujet de l’amour d’un homme envers un autre comme un événement ordinaire de la vie.

 

 

QU’EST-CE QUI A ÉTÉ LE PLUS DIFFICILE ?

Le plus dur a été de gérer tout le tournage en lui-même : les comédiens, faire la direction photo, filmer dans des endroits sans autorisation, le transport… Une journée suffisait à tout tourner mais je n’avais pas le temps de faire de repérage, donc ça a été assez rock & roll ! Étant technicien à la base, le fait de laisser tout le matériel photo à la maison et tourner le film avec un téléphone, c’était un peu bouleversant. On l’a surtout ressenti quand on a filmé en faible luminosité, mais ça fait partie de l’aventure ! La seule anecdote qui a semé le doute sur le bon déroulement du tournage c’est que j’ai eu la confirmation de ma preneuse de son deux heures avant le shoot, je sais pas comment on aurait fait sans Julia.

 

SI TU REMPORTES UN DES PRIX, AS-TU DÉJÀ DES PROJETS EN TÊTE ?

J’ai actuellement plusieurs projets qui pourraient être booster si Between Us gagne un prix : une série TV que j’ai commencé à écrire il y a 4 ans qui attend un bon coup de plume, ou encore la réalisation d’un court-métrage que j’ai du mettre de coté l’été passé.

 

 

Le film vous a plu ? N’hésitez pas à le dire en votant avant le 21 février ! Ça se passe ici !

 
 

PLUS D’INFOS

www.mobilefilmfestival.com

Sarah Boudena

Chez Garçon Magazine, on trouve aussi des filles ! Sa passion secrète : Le binge watching. Bien installée sur son canapé, emmitouflée dans son plaid, avec son chat et son amoureux.

Vous aimerez aussi :