PRÉSIDENTIELLE 2017 : ON EN EST OÙ ?

 Les présidentielles approchent à grands pas et on n’a jamais été autant dans le flou. La liste complète des candidats officiels n’est pas encore arrêtée et les lignes ont...

 Les présidentielles approchent à grands pas et on n’a jamais été autant dans le flou. La liste complète des candidats officiels n’est pas encore arrêtée et les lignes ont beaucoup bougé depuis le début de cette campagne. Un an plus tôt, nous pensions avoir droit au « Choc des titans, le retour » : un Sarkozy/Hollande semblait inévitable. Et pourtant ! La justice a rattrapé Sarkozy, réduisant à néant ses chances d’être présidentiable, et Hollande s’est retiré de la course. Mais alors, quelle sera la nouvelle tête d’affiche ?

Par Sarah Boudena

A DROITE TOUTE !

L’élimination de Sarkory a redistribué les cartes de la primaire de la droite et du centre. Juppé est devenu le nouveau chouchou, persuadant l’opinion que les jeux étaient faits. Mais à l’annonce des résultats, c’est la douche froide. Fillion sort victorieux de cette bataille, torse bombé, fier de représenter dignement son parti, lui l’homme politique moralisateur bien droit dans ses bottes. Si droit que ça ? Pas vraiment. Le problème avec les casseroles, c’est qu’elles finissent forcément par nous rattraper. En l’occurrence, c’est une batterie complète de cuisine que se paye le candidat de la droite et du centre. Lui qui prônait vérité et honnêteté s’est fait prendre à son propre jeu. « Faites ce que je dis, pas ce que je fais » ? L’hypothèse de le voir sortir victorieux de cette élection devient moins probable. Ce qui en soit n’est pas forcément une mauvaise chose quand on s’intéresse à son programme. S’il est élu, Fillon prévoit une réécriture de la loi Taubira, revenant notamment sur la filiation : les couples de même sexe ne pourront pas prétendre à une adoption plénière. La PMA restera interdite aux couples de femmes et aux femmes seules et compte mener une action à l’internationale pour l’abolition de la GPA. Il est sur une ligne très conservatrice.

Le problème qui se pose avec la mise en difficulté de Fillon, c’est qu’elle ouvre la voie à une droite encore plus dure. Bien qu’ils soient également mis en cause dans des affaires d’emplois fictifs et dans l’utilisation frauduleuse de fond pour le financement du parti et de la campagne, les démêlés judiciaires des Le Pen n’apparaissent pas plus que ça dans les médias. Quand bien même, la stratégie de dédiabolisation mise en place par le parti depuis maintenant plusieurs années semble porter ses fruits. La parole se libère, il est moins « honteux » de se dire partisan du FN. Porté par cette tendance, le parti a changé son identité graphique pour cette campagne 2017, comme pour marquer une rupture encore un peu plus franche avec les années de papa. Mais dans le fond, même si la communication est plus lissée et contrôlée, les idées restent les mêmes. Pour la communauté LGBT, cela n’annonce rien de bon. Si comme Fillon, elle compte maintenir l’interdiction de la GPA, elle va plus loin. Elle compte réserver le recours à la PMA aux couples hétéros « comme réponse médicale aux problèmes de stérilité » et revenir sur le mariage pour tous en le remplaçant par un PACS amélioré. Ça fait rêver hein ? Ce qui est encore plus fou, c’est que l’hypothèse de son élection devient de plus en plus probable et que d’autres candidats, à l’image de Nicolas Dupont-Aignan ou encore Henri De Lesquen se retrouvent sur des lignes similaires. Pour Michèle Alliot-Marie, après une lecture complète de son programme, qu’elle a rédigé sous forme de lettres croisées, elle semble vivre dans un monde sans LGBT.

A droite, les LGBT sont soit invisibles, soit gênants.

VERS UNE RECONCILIATION ?

A gauche, la situation n’est pas plus reluisante : après Macron qui s’est mis En Marche! vers d’autres horizons politiques, Valls a voulu devenir khalife à la place du khalife. Sinon, Hollande est toujours à la recherche du respect. Si vous mettez la main dessus, merci de bien vouloir le lui faire parvenir dans les plus brefs délais. Cordialement.

Pour illustrer cette bonne ambiance régnant sur la gauche, les médias ont utilisé une nouvelle expression : « la gauche irréconciliable ». On s’en est bien rendu compte lors de la primaire. D’un côté, le gouvernement sortant, représenté par Valls, de l’autre les frondeurs, Montebourg en tête.

Sarah Boudena

Chez Garçon Magazine, on trouve aussi des filles ! Sa passion secrète : Le binge watching. Bien installée sur son canapé, emmitouflée dans son plaid, avec son chat et son amoureux.

Vous aimerez aussi :

FERMER
CLOSE