Découvrez « Jours de France » : des routes et des hommes

  Jours de France est un film à part. Un film d’aventures sans capes ni épées. Embarqué dans la voiture avec le personnage principal, on se laisse hypnotiser par...

 

Jours de France est un film à part. Un film d’aventures sans capes ni épées. Embarqué dans la voiture avec le personnage principal, on se laisse hypnotiser par le bandeau de la route qui se déroule sous nos yeux. On plonge avec Pierre dans cette fuite en avant. Comme lui, on se laisse happer par les paysages qui défilent, les villes, les villages, les plaines, les montagnes, les petites routes de campagne.

La solitude s’étend, prend toute la place. Qui n’a jamais rêvé de faire cela ? Partir, un beau matin. Sans but. Partir, non pour fuir mais au contraire pour se trouver. Prendre de la distance. Respirer. Qui n’a jamais eu envie d’une pause, d’une parenthèse dans une vie réglée par des occupations diverses – emploi, conjoint, routine. Une liberté à portée de main, pourtant quasi inaccessible. C’est cette liberté que goûte notre héros. Liberté d’esprit et de corps. Grindr, ces hommes poussés par le même désir. Une faim de sexe ou un simple besoin de contact. Ici, tout est immédiat. Jours de France dresse le portrait d’une nouvelle ère. Rencontres Humaines 2.0…

L’application, comme une boussole, un radar, mène Pierre de-ci de-là, sur le chemin du désir. Les rendez-vous, les lieux de drague, il y en a n’importe où. N’importe où des hommes cherchent d’autres hommes. Comme pour dire : nous sommes là, nous sommes partout. Nous sommes tous pareils.

Au petit matin, Pierre quitte Paul. Au volant de son Alfa Roméo, il traverse la France, sans destination précise. Pierre utilise Grindr, une application de son téléphone portable qui recense et localise pour lui les occasions de drague. L’application devient pour Paul le seul moyen de retrouver Pierre, et il part, lui aussi, sur les routes, à la poursuite de son amant. Quatre jours, quatre nuits, émaillés de rencontres diverses les attendent. Au bout, peut-être, des retrouvailles, ou la fin d’un amour…

Mais avant tout, et c’est là la force du film, Jours de France est une fantastique galerie de portraits. Des rôles taillés sur mesure pour leurs interprètes. Si bien que ces personnages secondaires deviennent à chaque coup, comme par magie, des personnages principaux. Parfois une simple apparition, parfois une scène torride, un échange improbable ou une altercation. Car ils sont là, ces autres. Ces humains embarqués comme nous, en même temps que nous, sur la route de la vie.

On se surprend, à chaque fois que l’on quitte l’un d’entre eux, à attendre le prochain avec plus d’impatience. À l’image de son profil Grindr qui le dit « versatile », Pierre se fond dans chaque rencontre, s’adapte, tel un caméléon, pour laisser toute la place à l’autre. Jours de France est un film terriblement humain, qui promène son regard sur une humanité de plus en plus solitaire. L’un des personnages le dit même clairement : « Il y a tant de solitude dans le monde » …

Il pose également la question du couple. Est-il pensable, aujourd’hui, avec tant de moyens pour de la promiscuité sexuelle, de croire encore à la monogamie ? Nous ignorons si Pierre et Paul ont un accord quant à la possibilité d’aller voir ailleurs. On sait juste que Paul aime Pierre, et qu’il n’est pas prêt à le laisser partir.

Pour son premier long métrage de fiction, Jérôme Reybaud nous offre une promenade inattendue et qui sent bon l’air pur. Partez !

Jours de France, de Jérôme Reybaud. 141 min, sortie le 15 mars 2017.

Vous aimerez aussi :