Arrestation homophobe de masse en Tchétchénie, bilan : 3 morts, plus de 100 arrestations

Aucun privilège, aucune pitié. Parmi les détenus on retrouve des représentants de la société, des personnalités influentes, et mêmes des figures du paysage télévisuel. Notamment deux célèbres présentateurs du...

Aucun privilège, aucune pitié. Parmi les détenus on retrouve des représentants de la société, des personnalités influentes, et mêmes des figures du paysage télévisuel. Notamment deux célèbres présentateurs du petit écran.

 

@ DMITRY SEREBRYAKOV / AFP / arrestation 2016

 

C’est à cause de « leur orientation sexuelle non traditionnelle, ou la suspicion d’un telle orientation » qu’hier, plus d’une centaine de citoyens tchétchènes ont été arrêtés. D’après le New York Times, les autorités auraient suivi les ordres d’un leader de l’opposition.

C’est un journal russe, qui a découvert les preuves de cette rafle. « En Tchétchénie, les ordres ont été donné pour un « balayage prophylactique » rapporte le journal Novaïa Gazeta

« Si ces personnes existaient en Tchétchénie, l’application de la loi n’aurait pas à se soucier d’eux, car leurs propres parents les auraient envoyé à dans un endroit où ils ne pourraient jamais revenir »

Un terme utilisé lorsque l’on veut se prévenir de maladies ou d’épidémies.
C’est donc plus de 100 hommes privés de leur liberté, car soupçonnés d’homosexualité. Au moins 3 ont été tués par les autorités.

« Pas de ça chez nous »

Le gouvernement ne s’est pas fait attendre pour répliquer. Le porte-parole du président ,Ramzan Kadyrow, a démenti ces informations. Il a bien fait comprendre à la presse qu’il n’y avait pas d’homosexuels dans une région à majorité musulmane.

 

Ramzan Kadryov, président tchétchène

 

Ali Karimov a déclaré: « Il est impossible de persécuter ce qui n’existe pas dans notre république.»

« Si ces personnes existaient en Tchétchénie, l’application de la loi n’aurait pas à se soucier d’eux, car leurs propres parents les auraient envoyés à dans un endroit où ils ne pourraient jamais revenir », a-t-il ajouté

Les raisons de la « purge »

Le président, connu pour avoir recadré son ministre sur un ring de boxe en 2013, prend des mesures drastiques.
Ce « grand nettoyage préventif » ,comme il a été évoqué, résulte d’une demande de militants LGBT pour l’organisation de rassemblements dans plusieurs villes.
Une demande qui n’aurait jamais vu le jour, l’objectif principal était d’attendre le refus des autorités et de faire appel à la Cour Européenne des droits de l’Homme.

 

 

Comment les victimes ont elles été piégées? Tout simplement par des messages sur les réseaux sociaux donnant des rendez-vous. Une fois sur place, il ne reste au forces de l’ordre qu’a cueillir l’individu. Si ce-dernier répond, l’usage de la force est préconisé. Un rapport indique d’un jeune homme âgé de 16 ans, serait rentré chez lui quelques jours après son arrestation, le corps criblé de blessures.
Kheda Saratova, militant des droits de l’homme s’exprime : « Il y a peu d’ espoir dans la justice, et aucune aide à attendre des membres de la famille» – « la société tchétchène ne condamnerait pas « même la mesure la plus extrême » contre les homosexuels » , et l’ application de la loi serait probablement « indulgente » pour le meurtre d’un homme gay par ses parents. »

 

Vous aimerez aussi :