Interdiction d’un mème gay en Russie, Poutine devient folle

Une des grandes passions d’internet, c’est de se moquer gaiement des politiciens à travers le globe via les mèmes, ces petits montages ridicules qui font bien rire. Et cette...

Une des grandes passions d’internet, c’est de se moquer gaiement des politiciens à travers le globe via les mèmes, ces petits montages ridicules qui font bien rire. Et cette semaine c’est Vladimir Poutine, président Russe, qui fait une nouvelle fois parler de lui. De nature impulsive, il met un point d’honneur à contrôler son image. Même s’il met moins d’auto-bronzant que Donald Trump, et qu’il fait plus attention à sa dentition que Marine Lepen, c’est un montage aux couleurs LGBT qui le met en furie.

 

La  Mère patrie a interdit le partage sur le web d’une photo de Vladidou représenté sous les traits d’une dragqueen bien maquillé, en fond de drapeau LGBT.

 

« pout-in drag » L’image de tous les tourments

Un mec, un vrai !

Grand maître dans l’art du « Resting bitch face », (capacité à faire la gueule en permanence sans le vouloir), ou alors chevaucheur majestueux des chevaux dans la dangereuse et impitoyable Sibérie, Poutine c’est LE mec viril, respectable, et sévère. Du moins c’est l’image qu’il veut donner au monde. Il faut dire qu’il se débrouille plutôt bien, les soirées du samedi soir ne doivent pas être des plus joviales. C’est sans grande surprise que le dirigeant se soit «légèrement énervé ».

 

Montage photo de Vladimir Poutine après sa chevauché en Sibérie

 

« Don’t mess with Vladinator »

On ne rigole pas avec monsieur le président ! Et quand il pousse la gueulante, ça atteint des sommets, a tel point que le ministère de la Justice Russe, rien que ça, a ajouté cette image sur la longue liste des images extrémistes interdites du pays, selon le Washington Post. C’est donc la 4071 ème place que décroche « Pout-In Drag » sur une liste de 4074 images.

Pour annoncer la nouvelle les autorités ont donc tenté de la décrire. Pas une mince affaire puisqu’elle est bannie. C’est un petit peu paradoxal…

« L’image d’une personne qui ressemble à Poutine avec les yeux et les lèvres maquillés, surmontée d’un slogan qui implique la supposée orientation sexuelle non conforme aux standards du président de la Fédération de Russie »

L’homme aux yeux clairs ne rigole pas du tout, au cas où certains voudraient jouer les malins, la punition fait mal. C’est 15 jours de prison et 3.000 roubles (50€) pour les têtes brûlées.

 

 

Il est interdit d’interdire

C’est en 2013 que le portrait haut en couleur fait ses débuts sur la toile. Après l’interdiction par le Kremlin de « la propagande au sujet des relations sexuelles non traditionnelles » auprès des enfants, des manifestations LGBT s’étaient emparés de cette image en défilant dans les rues. Depuis pas mal d’année la répression s’intensifie dans le pays, et les russes peuvent être condamnés à une peine de prison pour un malheureux like de post « interdit ».

Il faut croire que les russes n’ont jamais entendu parler de l’effet Streisand. Ce joyeux phénomène qui fait qu’une information censurée ou supprimé suscite immédiatement et massivement l’intérêt de tous. Les internautes s’en donnent donc à cœur joie, chacun a sa petite représentation de la dite image.

 

Bien tenté Vladinou, bien tenté !

Vlad, ce charmeur

Vous aimerez aussi :