LE DIABLE DES LOMBARDS : UN LIEU CHARGÉ D’HISTOIRE

Ce restaurant Au Diable des Lombards ne date pas d’hier, loin s’en faut. J’ai eu la chance d’y croiser un sympathique serveur (qui, par timidité, préfère taire son nom) qui m’a tout raconté et, croyez-moi, j’aime...

Ce restaurant Au Diable des Lombards ne date pas d’hier, loin s’en faut. J’ai eu la chance d’y croiser un sympathique serveur (qui, par timidité, préfère taire son nom) qui m’a tout raconté et, croyez-moi, j’aime autant les anecdotes que les potins. 

Au 19ème siècle, les ouvriers venaient louer des diables dans ce lieu, proche d’une échoppe pour boire un verre ou grignoter un morceau. En 1974, un restaurant américain ouvre ses portes et se baptise Au Diable des Lombards en référence aussi bien à la rue qu’aux locations passées de diables. Le lieu a depuis changé de nombreuses fois de propriétaires, mais jamais de nom. Dans les années 80, nombre d’artistes s’y arrêtaient, de Paco Rabanne à JoeyStarr en passant par Nina Hagen ou encore Vincent Cassel. La seule constance de ce restaurant ? Sa mixité depuis toujours : homos, hétéros, Blancs, Noirs, riches, pauvres… Et ça l’est encore aujourd’hui. 

Depuis dix-huit mois, un nouveau propriétaire, Sébastien, aussi charmant que sympathique, a repris les lieux et souhaite mettre en avant leur coté gay-friendly. Il organise des évènements pour les associations LGBT, ou encore pour la Gay Pride à venir. Il s’est également penché sur la carte du restaurant et s’est fort bien adapté à certaines demandes grandissantes. Quant à la déco, il travaille dessus à l’heure même où j’écris ce texte. 

Les choix sont vastes, les prix accessibles et – pour y avoir mangé - les portions sont généreusesJe pense pouvoir dire qu’il y en a pour tous les goûts, du fish and chips au risotto crémeux ou au confit de canard en passant par différents types de burgers (10 au total !). Les desserts ne sont pas en reste, tiramisu au Nutella, burger façon pain perdu, crème brpulée à la vanille, etc. Plusieurs points importants : la formule midi est à 13,90 € et les brunchs sont servis tous les jours de 11h à 17h (et pas que le dimanche, comme il est coutume de le faire). Cinq choix de brunch possibles, du classic au veggie… Attention : ceux-ci sont extrêmement copieux (donc ne mangez rien avant d’y aller !) et je retiens tout particulièrement le pain perdu et le sirop d’érable (qui ne constituent que les prémices des brunchs !). 

Un vaste restaurant, bien situé, qui ne sert que des produits frais et des plats fait maison. Dès les beaux jours, vous pouvez vous installer sur la terrasse donnant sur la rue piétonne. Un vrai bonheur ! 

Je vous conseille vivement d’aller y boire un verre (happy hour tous les jours de 16h à 22h) en y mangeant soit des tapas ou des plats fait maison. L’ambiance est réellement conviviale, le rapport qualité prix attractif et les serveurs sympathiques et à l’écoute (phénomène de plus en plus rare dans certains bars gays). Comme le lieu est grand, il est assez aisé d’aller discuter avec son voisin et de lier connaissance. Sur ce, les gars, on se voit là-bas ? 

Au Diable des Lombards – 64, rue des Lombards 75001 Paris. Tél : 01 42 33 81 84. 

Ouvert tous les jours de 10h à 2h. 

www.diable.com  

Plus d’infos ! 

[Facebook] @alleztousaudiable 

Vous aimerez aussi :