Présidentielle : Qui sont les bons élèves et qui sont les cancres ?

Dimanche sera une journée de questionnement, entre le « Ou est cette foutue carte électorale ? » – « Ou j’ai bien pu foutre mes papiers », et le traditionnel «Ils ont bouffé le...

Dimanche sera une journée de questionnement, entre le « Ou est cette foutue carte électorale ? » – « Ou j’ai bien pu foutre mes papiers », et le traditionnel «Ils ont bouffé le bureau de vote ou quoi, il est ou bordel ?! ». Mais la question qui a le plus de valeur c’est « Sinon, je vais voter pour qui moi ? ». L’inter-LGBT dévoile les retours des candidat-e-s au questionnaire réalisé avec le Caélif, le Glup, le MAG jeunes LGBT, et SOS homophobie.

#VoteLGBT

 

A l’initiative de l’Inter-LGBT, un questionnaire a été envoyé aux différents concurrents pour la course à l’Elysée, seule exclue, madame Marine Lepen. C’est donc 60 questions concernant des thématiques, telles que la famille, l’éducation, les droits, la santé, ou même la sécurité, et on en passe, qui ont été distribué. Le but du projet ? Permettre aux électeurs LGBT de voter en connaissance de cause. L’occasion de savoir qui sont les bons, et les mauvais élèves sur le sujet.

 

Roulement de tambours ….

 

 

Les bons élèves sont :

Nicolas Dupont-Aignan, Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon et Philipe Poutou.
« Si, de manière générale, Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon et Philippe Poutou sont en accord avec nos revendications, les réponses de Nicolas Dupont-Aignan sont plus hétérogènes, notamment sur les questions liées aux droits des femmes et aux droits des étrangers. »

 

Les élèves qui ne font pas leurs devoirs :

Nathalie Arthaud s’est excusée de n’avoir pas le temps d’y répondre, tout en précisant : « nous sommes évidemment contre toutes les discriminations, quelles qu’en soient les raisons, religion, couleur de peau ou orientation sexuelle. »
Emmanuel Macron n’a pas répondu au questionnaire envoyé, préférant envoyer une réponse écrite. En effet, il considère qu’il ne lui est pas possible d’y répondre « en l’état », compte tenu de la « spécificité des questions » et qu’il « ne revient pas au candidat d’entrer dans le détail des mesures ».

 

Les élèves qui sèchent :

François Asselineau, Jacques Cheminade, François Fillon et Jean Lassalle n’ont pas répondu.

« La non-réponse de François Fillon n’a en soi, malheureusement, rien d’étonnant. En effet, comment un candidat qui envisage de former un gouvernement avec des membres de Sens Commun pourrait-il se positionner sur les questions de droits humains au travers d’engagements pour les personnes LGBT ? »

 

Pour l’Inter-LGBT, interassociative qui milite au quotidien contre les discriminations, ces élections vont être déterminantes pour le projet de société solidaire et apaisée que nous souhaitons.

 

 

L’association en appel donc à :

« Nous appelons la communauté LGBT et ses allié-e-s à se rendre massivement aux urnes et à voter pour les candidat-e-s qui s’engagent de manière claire à soutenir la lutte contre les discriminations et qui ont un comportement et un discours exemplaires en termes de respect de toutes les personnes, sans distinction de leur orientation sexuelle, identité de genre, état de santé, origine ethnique ou géographique et situation sociale. »

 

L’ensemble des retours est disponible ici

 

Vous aimerez aussi :