François Hollande et les LGBT: de la lune de miel au divorce ?

C’est un euphémisme de dire que le mandat de François Hollande était particulièrement attendu par le public LGBT. Premier président de gauche depuis presque 20 ans, il avait mis...

C’est un euphémisme de dire que le mandat de François Hollande était particulièrement attendu par le public LGBT. Premier président de gauche depuis presque 20 ans, il avait mis au cœur de sa campagne la mesure phare du Mariage pour Tous. Séduit, le public LGBT avait massivement voté pour le candidat, scellant une union de 5 ans qui s’annonçait heureuse. Pourtant, malgré l’obtention de la loi, l’époux LGBT semble amer. Mais alors, que s’est-il passé pour que les amoureux en viennent à ne plus réussir à communiquer ?

Par Grégory Ardois-Remaud

 

« Il y a encore de nombreux combats à mener. » Peut-être était-ce un message de regrets à lui-même que s’adressait François Hollande, en ce matin du 22 mars dernier devant les acteurs du monde associatif LGBT qu’il avait conviés à l’Elysée. Peut-être aussi, étaient-ce des excuses dissimulées sous la fioriture d’un discours maladroit, à l’égard de ce public gay qui l’a longtemps désiré… 5 ans après les noces, la lune de miel semble bel et bien finie.

Pourtant, tout avait si bien commencé… En 2011, durant la campagne pour la présidence, le candidat promet le mariage pour tous, et parle même de PMA. Une idylle naît et, selon les sondages, le public LGBT (38,5 % selon Têtu) votera pour lui dès le premier tour… En mai 2013, un an après leur union, Hollande offre enfin son cadeau de noces: la loi Taubira est enfin adoptée. Mais l’époux LGBT boude. Le mari Hollande ne l’a pas assez défendu face aux vindictes de la Manif pour Tous. Pire, il a suggéré une clause de confiance pour les maires ne souhaitant pas unir des couples de même sexe. L’époux bafoué se sent humilié. Le cher mari François aura beau retirer son propos, il se sent incompris et se rapproche de sa véritable héroïne Christiane Taubira.

Une preuve d’amour… et des reculades

 

Alors, il essaie de se rattraper comme il peut. Le changement d’état civil pour les personnes transgenres est désormais facilité même si imparfait ; la France est également passé de la 23e à la 9e place au classement ILGA – Europe sur l’égalité des droits ; l’élargissement des compétences de la DILCRA à la prévention et la lutte contre l’homophobie après les attentats d’Orlando… Il essaie, mais l’époux LGBT est frustré. Le problème, c’est qu’il n’a pas envie de fâcher François, il aime le débat, trop, quitte à ce que celui-ci soit inaudible. Alors il ménage la chèvre et le chou. Il fait un cadeau à l’un, puis un cadeau à l’autre. Il retire l’ABCD de l’égalité devant les attaques des plus conservateurs. Dans le même temps, il autorise l’époux LGBT à donner son sang… Après un an d’abstinence ? L’époux lui rit au nez.

Il semble dépassé. Après plusieurs signes d’ouverture envers le public LGBT, la loi d’adaptation de la société au vieillissement ne prend pas en compte les spécificités de ce public, souvent contraint à retourner au placard à un âge avancé. On attend encore la mesure qui permettra aux séropositifs d’avoir accès aux mêmes soins funéraires que les autres. Les reculades se multiplient : le rapport Teychenné sur les discriminations LGBT ? Enterré. Et la PMA ? Enterrée. C’est un véritable camouflet pour l’époux… Oui, il abroge la circulaire qui menaçait de sanction les gynécologues qui orientaient leurs patientes vers une PMA à l’étranger. Le droit à l’oubli pour les personnes ayant le VIH souhaitant emprunter sera bientôt possible. Qu’importe, l’époux LGBT n’écoute plus ses belles paroles. Il lui reconnaît une belle, même si chaotique, lune de miel jusqu’en avril 2013. Mais aujourd’hui, elle est déçue. Profondément déçue. Les histoires d’amour finissent mal, il paraît. Il paraît aussi que les Français ne sont jamais contents…

Retrouvez l’interview de Joël Deumier, président de SOS homophobie sur le bilan LGBT de François Hollande dans le dernier Garçon Magazine.

Grégory Ardois-Remaud

Nantais d’origine, le jeune journaliste est un passionné avant tout qui aime s’évader dans le jardinage ou la littérature. Son talent caché ? Il connaît la bio de Louis de Funès sur le bout des doigts.

Vous aimerez aussi :