François Hollande : SOS HOMOPHOBIE dresse le bilan de son action LGBT

Alors qu’Emmanuel Macron sera officiellement investi Président de la République dimanche, l’heure est au bilan pour François Hollande. Nous sommes allés à la rencontre de Joël Deumier, nouveau président...

Alors qu’Emmanuel Macron sera officiellement investi Président de la République dimanche, l’heure est au bilan pour François Hollande. Nous sommes allés à la rencontre de Joël Deumier, nouveau président de SOS HOMOPHOBIE, qui dresse pour nous l’état des lieux des questions LGBT au crépuscule de ce quinquennat.

Par Grégory Ardois-Remaud

 

Comment vous jugez le bilan de François Hollande sur les thématiques LGBT ?

Il est globalement plutôt bon. Dans 20 ou 30 ans, si on fait un retour sur son mandat en France pour les LGBTI, on se souviendra du Mariage pour Tous, qui est la réforme emblématique pour l’égalité des droits, mais aussi la simplification du changement d’identité pour les trans. Même si on ne s’en rend pas compte aujourd’hui, c’est une révolution. Ça a mis fin à des pratiques indignes. Avant, il fallait se faire opérer et changer de sexe pour changer d’état civil. Donc c’est plus simple, même si ce n’est pas parfait. Après, on a été assez choqués sur la clause de confiance que Hollande souhaitait accorder aux maires qui ne souhaitaient pas marier de couples de même sexe. On s’attendait à ce que le gouvernement soit plus engagé, donc ça a été notre première déception. La deuxième déception après, c’est la PMA pour les femmes. Elle a été annoncée, puis reportée, donc on s’est fait balader, et on n’a toujours rien aujourd’hui. Il y a encore plein de combats à mener sur les trans, les intersexes, l’homophobie à l’école, la lutte contre les suicides…

 

« Dans 20 ou 30 ans […], on se souviendra du Mariage pour Tous ! »

 

Qu’est ce qui pourrait changer pour le prochain quinquennat ?

Il ne faut pas que la Manif pour Tous ait le monopole sur le discours sur la famille. C’est un sujet qui concerne tout le monde. Nous voulons avoir un discours positif et inclusif sur toutes les familles et les reconnaître de façon égale. Ce n’est pas qu’un papa et une maman, c’est aussi un père divorcé qui élève son enfant, des couples homos qui élèvent des enfants, c’est ça la réalité. La diversité des familles est une richesse.  Mais on se rend compte que les politiques connaissent peu les sujets LGBTI, et c’est à nous de les sensibiliser. On a fait signer une charte à plusieurs candidats. Elle permet de poser les bases pour un quinquennat apaisé pour les LGBTI, et on la fera signer aussi lors des élections législatives pour les inviter à agir. Après, on est apartisans, on se fiche que les candidats soient de gauche ou de droite, donc on parlera toujours de la PMA quel que soit le parti politique. On a rencontré chacun des candidats, on leur a expliqué nos objectifs. On travaille beaucoup avec eux et leurs conseillers.

Joël Deumier a été élu président de SOS HOMOPHOBIE en avril dernier.

Si Emmanuel Macron lit Garçon Magazine, quel serait votre message ?

Je lui dirai qu’il est prouvé que plus on fait de lois et de règlementations favorables aux LGBTI, plus le taux de suicides chez les jeunes LGBTI baissera. Il y a une corrélation. C’est une responsabilité du gouvernement de faire baisser ce taux de suicides. Être victime d’homophobie est une cause de suicide, il faut agir pour eux, afin d’agir pour l’intérêt général. Faire progresser les lois LGBTI, c’est faire progresser les droits de tout le monde.

N’oubliez pas, Garçon Magazine numéro 9 est toujours disponible chez votre marchand de journaux!

Grégory Ardois-Remaud

Nantais d’origine, le jeune journaliste est un passionné avant tout qui aime s’évader dans le jardinage ou la littérature. Son talent caché ? Il connaît la bio de Louis de Funès sur le bout des doigts.

Vous aimerez aussi :