La Journée des Fiertés Namuroises est de retour !

"La participation du public est de plus en plus grande"

Depuis 9 ans déjà, la jolie ville de Namur accueille elle aussi sa Journée des Fiertés. Dès demain, elle est de retour avec un programme très riche et avec la spécificité d’être ouvert vers le grand public. Pour vous, nous avons rencontré Marie-France Baire, responsable Relations Publiques, au sein du comité organisateur des Fiertés Namuroises.

Par Grégory Ardois-Remaud

 

Marie-France Baire, responsable Relations Publiques du Comité organisateur

Pouvez-vous nous parler de l’asbl (association sans but lucratif) Les Fiertés Namuroises qui organise cette journée?

Cette association a pour objet social la prévention, la sensibilisation et l’information d’un large public à la diversité des orientations sexuelles et des identités de genres, ainsi que le décloisonnement des prises en charge relatives à des préoccupations de santé publique et sociétales (discriminations, homophobie, violences entre partenaires, solitude…

Chaque année, au-delà des activités de convivialité organisées ponctuellement, les Fiertés namuroises organisent une journée dénommée « la journée des Fiertés » qui vise à sensibiliser ce grand public (familial, jeunes…) à travers toute une série d’activités ludiques, pédagogiques et festives et qui est depuis 9 ans considérée comme « la Pride » Wallonne.

 

 

Quels sont les partenaires qui vous soutiennent ?

Les deux partenaires principaux sont « la Maison Arc-en-Ciel de Namur (MAC de Namur) » et la Ville de Namur. La MAC de Namur est la coupole des associations LGBTQI de la Province de Namur dont nous faisons partie. Elle nous aide toute l’année afin d’organiser au mieux cet événement. La ville de Namur nous soutient depuis le début de cette aventure en nous facilitant grandement les démarches administratives, en nous permettant d’utiliser ses outils de communications mais aussi en nous aidant financièrement.

L’événement ne pourrait pas avoir lieu sans la présence de nombreuses associations LGBTQI de Belgique. Cette année, seront présents : Arc-en-Ciel Wallonie, Be yourself team, ByeBye Préjugés, Communauté du Christ Libérateur, CHEFF, EX-AEQUO, Genres Pluriels, Homoparentalités, MAC Charleroi/Liège/Luxembourg/Mons/Ottignies/Verviers, Pride Anvers, Rainbow Cops, Tels Quels et Unia.

Ce projet est également soutenu financièrement par différents partenaires publics et privés que sont SOLIDARIS (mutualité), la Wallonie, la Fédération Wallonie-Bruxelles, la Province de Namur.

 

Quel sera votre mot d’ordre ?

Plusieurs mots d’ordre définissent cette journée :

–              La lutte contre l’homophobie

–              La prévention, sensibilisation et information à la diversité des orientations sexuelles et des identités de genres

–              Faire connaître le travail des associations présentes

Et tout cela dans un esprit bon enfant, convivial, de respect et d’ouverture d’esprit.

 

Notre « marche des fiertés » diffère par son objet social tourné vers le grand public

 

Quels sont les temps forts de cette journée?

Les temps forts sont évidemment les concerts organisés gratuitement tout au long de la journée afin d’attirer le grand public vers notre événement. Ce sont également toutes les animations prévues par les associations LGBTQI tout au long de l’après-midi et qui devront sensibiliser et informer à travers les jeux prévus. C’est aussi la soirée prévue au Cinex, qui habituellement attire plus notre public LGBTQI mais qui est évidemment ouverte à tous.

 

Comment vous définiriez la spécificité de votre marche des fiertés ?

Les marches sont habituellement prévues comme une commémoration des premières luttes LGBT pour l’égalité des droits et un rassemblement pour faire connaître toutes les revendications des personnes LGBTQI. Ces marches rassemblent surtout des personnes LGBTQI et leurs alliés. Notre « marche des fiertés » diffère par son objet social tourné vers le grand public mais aussi par sa formule puisqu’il n’y a pas de marche afin de concentrer le public à un seul endroit.

Lorsque les mots lesbienne, gay, bi, trans, queer, intersexué, asexué …. seront entendus et respectés […] il n’y aura plus de raison d’organiser de Marche des Fiertés….

 

Quelle évolution vous constatez depuis le début?

Depuis la première édition de la Journée des Fiertés, l’esprit est resté le même : rassembler un public large et varié (de tous âges, de tous horizons) dans le but essentiel d’informer, d’ouvrir chacun à la communication, à la compréhension mutuelle

La participation du public est de plus en plus grande d’année en année. Les associations sont également de plus en plus nombreuses à répondre présentes le jour J. La couverture médiatique est également beaucoup plus marquée que les premières années.

 

En quoi est-il encore important d’organiser cette journée en 2017?

Lorsque les mots lesbienne, gay, bi, trans, queer, intersexué, asexué …. seront entendus et respectés au même titre que les mots homme, femme, jeune, vieux,…. il n’y aura plus de raison d’organiser de marche des fiertés…. Puisqu’ensemble nous marcherons dans la même direction.

 

PLUS D’INFOS : www.lesfiertesnamuroises.be

Grégory Ardois-Remaud

Nantais d’origine, le jeune journaliste est un passionné avant tout qui aime s’évader dans le jardinage ou la littérature. Son talent caché ? Il connaît la bio de Louis de Funès sur le bout des doigts.

Vous aimerez aussi :