Journée contre l’homophobie : 3 associations LGBT portent plainte contre la Tchétchénie pour génocide des homosexuels

C’est au début du mois d’avril que les persécutions contre les homosexuels vivant en Tchétchénie ont commencé. Trois des plus grosses associations LGBT françaises ont pris l’initiative de porter...

C’est au début du mois d’avril que les persécutions contre les homosexuels vivant en Tchétchénie ont commencé. Trois des plus grosses associations LGBT françaises ont pris l’initiative de porter plainte auprès de la CPI. Le triste motif : Génocide humain

 

Murderer : Assassin

 

Stop homophobie, Mousse et Comité Idaho France, trois associations de l’hexagone,  ont déposé plainte pour « génocide » le mardi 16 mai devant la Cour pénale internationale contre le président Ramzan Kadyrov, pour des persécutions commises en Tchétchénie contre les homosexuels.

Chez eux, l’homosexualité est une vraie honte, considérée comme un crime passible de la peine de mort.

 

 

La Tchétchénie et la Russie nient tout

Ramzan Kadyrov dément toute arrestation d’homosexuels, car selon lui, les homosexuels… n’existeraient pas dans le pays. Une justification grotesque, dans un pays aussi hostile que cruel, pour les gays du monde.

Côté russe, une enquête a été diligentée. Les associations LGBT font un petit rappel, qui précise que, Tatiana Moskalkova, s’est « déjà ouvertement prononcée contre le développement des relations homosexuelles » et « a qualifié de rumeur les exactions commises. »

Président Kadyrov

Plainte pour génocide

Pour Alexandre Marcel, président du comité Idaho France et porte-parole de Stop Homophobie, la plainte devant la CPI est « le seul moyen de poursuivre » au niveau international « des comportements nazis ». Il déplore auprès de l’AFP:

« On a quotidiennement de nouvelles informations alarmantes sur la Tchétchénie. »

Quant à la France, le ministère des Affaires étrangères a réagi ce lundi 16 mai dans un communiqué, pour annoncer que le pays était prêt à « examiner les demandes de visa à caractère humanitaire » de personnes homosexuelles victimes de persécutions en Tchétchénie.

Internet ne compte pas en rester là

Depuis que la situation a été mise en lumière par « Novaïa Gazeta », les réseaux sociaux sont en alertes, et font le maximum pour soutenir les victimes de persécutions et appeler à une réaction de la communauté internationale. Une pétition en ligne « pour une enquête sur les massacres et tortures d’homosexuels en Tchétchénie » a recueilli plus de 450.000 signatures. Ses créateurs, russes, disent avoir été arrêtés alors qu’ils allaient la remettre au bureau du procureur général de Moscou. Comme de part hasard peut-on dire.

Plusieurs hashtags ont également été mis en place sur Twitter #TchétchénieUrgence, pour appeler à réagir :

Sur Instagram, le hashtag #kiss4lgbtqrights (s’embrasser pour les droits des LGBTQ), a provoqué une énorme solidarité aux victimes de persécutions tchétchènes :

#kiss4lgbtqrights

A post shared by Chris Rodriguez (@chrisrodriguez35) on

Un rassemblement est prévu ce mercredi 17 mai, Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, au Trocadéro.

Vous aimerez aussi :