Tchétchénie : Quand Poutine vient en visite, la France  accueille son  premier réfugié gay de Tchétchénie

C’est par la violence et le meurtre que la Tchétchénie veut se débarrasser de tous les homosexuels sur son territoire. Dépendante de la Russie politiquement et économiquement, Vladimir qui...

C’est par la violence et le meurtre que la Tchétchénie veut se débarrasser de tous les homosexuels sur son territoire. Dépendante de la Russie politiquement et économiquement, Vladimir qui a la main mise sur l’État, ne bouge pas d’un iota.

 

AFP

On peut dire que c’est le culot à la française, dont il faut en être fier. Lorsque le président russe s’apprête à prendre la parole suite à sa rencontre avec Emmanuel Macron, les médias publient que :

« La France a accueilli un premier réfugié tchétchène homosexuel »

C’est un peu ça la France, ce mélange entre provocation et goût pour le parfait timing.

 

SOS Homophobie, figure de proue dans la lutte contre les discriminations envers les LGBT, qui est parvenue à convaincre les autorités françaises de la situation d’urgence des personnes gays en Tchétchénie.

La France a ainsi « attesté le fait que c’est bien un persécuté homosexuel », a déclaré à FranceInfo Joël Deumier, président de l’association.

 

Une petite victoire au goût rance, vu la gravité de la situation.

« On entend M. Poutine qui dit qu’il a lancé une enquête, que ce n’est pas vrai, qu’il n’y a pas d’exactions ni de crime contre les homosexuels. C’est totalement faux ! Nous ne pouvons plus accepter ce discours de négation par la Russie contre les homosexuels. »

 

Manifestante devant l’ambassade de Russie / AFP

 

Les chefs d’État russe et français disent avoir évoqué la question lors de leur entrevue :

« Le président Poutine m’a indiqué qu’il avait pris des mesures pour voir l’activité des autorités locales et gérer les mesures les plus sensibles », a ainsi déclaré Emmanuel Macron

 

Une nouvelle pauvre en détail. Pour le Président  « ce n’est pas servir les cas particuliers que de les évoquer en public ».

 C’est évident que les gays persécutés, qui comptent tant bien que mal sur la médiatisation des événements pour obtenir de l’aide ont bien des objections à faire sur ce petit point. Car oui, la situation de ces hommes est plus qu’alarmantes. Le plan de Kadyrov ressemble aux plans que les supers vilains font dans les films. Sauf qu’il ne s’agit pas cette fois-ci d’une production hollywoodienne à gros budget. Le dirigeant n’a qu’une seule envie, purger son pays des homosexuels qui le souillent.

 

Les militants d’Amnesty Inter – Hier au Trocadero

 

Le quotidien d’une personne gay ? Vivre dans la peur de se faire découvrir. Et si l’information se sait, c’est directement l’enlèvement, le passage à tabac, la torture, l’humiliation, le meurtre. De façon plus rapide, c’est comme au Monopoly, « Allez directement en prison sans passer par la case départ ».

Inutile de compter sur le soutien de ses proches, les forces de l’ordre incitent les familles à tuer leurs propres enfants. La communauté internationale, quant à elle, est complètement inactive. Accueillir un réfugié en France est donc un message puissant.

« À travers lui, la France reconnaît le danger qui guette cette personne dans son pays, et accuse par là même indirectement le régime tchétchène de persécuter ses citoyens. »

 

« Ça va continuer. »

Selon le président de SOS Homophobie, il s’agirait d’un début, puisque plusieurs autres réfugiés tchétchènes homosexuels devraient être accueillis. « Ça va continuer », a-t-il annoncé.

D’après Emmanuel Macron, interrogé sur la persécution des gays en Tchétchénie lors de la conférence de presse donnée conjointement avec le chef d’Etat russe, Vladimir Poutine a promis la « vérité complète sur les activités des autorités locales ».

Les fausses enquêtes c’est moche Vladidou

 

 

Vous aimerez aussi :