La liste à envoyer à nos « potes » qui sont encore un peu trop durs de la feuille

On a tous ce pote, plutôt sympa, plutôt rigolo, mais un peu (beaucoup parfois même) con con. Souvent on le retrouve au barbec’ organisé le dimanche, celui qui est...

On a tous ce pote, plutôt sympa, plutôt rigolo, mais un peu (beaucoup parfois même) con con. Souvent on le retrouve au barbec’ organisé le dimanche, celui qui est en tongs vertes, bermuda orange et son t-shirt publicitaire. Il n’est pas parfait, mais on l’aime bien, bon sauf quand il fait l’éternelle blague du « qui veut des saucisses ? Toi c’est obligé t’en veux ! ». Non sérieux, ça fait encore rire qui ce genre de blague ? Du coup, comme le soleil pointe le bout de son nez, que les soirées rosé et cochonnailles commencent à s’organiser, et que l’on va forcément croiser notre copain con con, voici une petite liste à lui envoyer, qui répertorie les trucs qu’il faut vraiment qu’il garde au fond de lui. Sinon il risque fortement de voir sa saucisse arriver sur le grill.

 

 

« Du coup, c’est qui qui fait la femme ? »

C’est le grand classique, quasi impossible à détrôner. On a juste envie de lui balancer la bouteille de vin en pleine tronche, sauf que l’on ne peut pas. Déjà car la bouteille n’est pas vide, et que l’on ne va pas gâcher pour lui. Et puis on est civilisé, même si ça bouillonne à l’intérieur.

Petit conseil de réponse pour éviter de devenir pro au lancer de vinasse dans la face : « Bah ouais, on est deux femmes en réalités, le dimanche il se met en soubrette pour le ménage, et moi je mets mon tablier à fleur pour faire un poulet rôti. De temps en temps on invite même ton frère à dîner, il adore »

 

« T’as jamais essayé de te taper une meuf »

Non, non, et non, on ne se tape pas des meufs. On est Homo. H.O.M.O. Ça veut dire qu’on aime les hommes, l’humain avec une paire de couilles entre les jambes. Chose que le copain con con ne doit pas forcement avoir. Il faut en avoir pour accepter les autres. Mais on vous rappelle qu’on l’aime bien ce copain, alors on va lui pardonner.

Petit conseil pour ne pas lui sauter à la gorge : « Si j’ai jamais essayé avec une femme, une femme hein, pas une meuf, c’est parce qu’un jour j’ai vu tes fesses, et depuis mon monde n’est plus le même »

 

 

 

« T’as décidé d’être une tata à quel moment »

Alors là c’est direct l’assiette de côte de bœuf dans la tronche sans aucune forme de procès. Voilà fin de l’histoire. On enchaîne.

Pour les plus patients, il est possible de lui expliquer que ce n’est pas un choix, que c’est comme ça, que vous le vivez merveilleusement bien car ce n’est ni une maladie, ni un putain de problème concernant la relation entre vous et votre mère.

Petit conseil pour les moins patient : L’assiette ne suffira pas, balancez lui le barbecue aussi. Direct dans la tête. On enchaîne.

 

« T’as déjà eu une vraie relation ? »

Bah non mon petit chat, évidement que non. Nous les homos on préfère s’enculer le soir dans les bois, c’est notre version du petit chaperon rouge. On finira nos vies seuls, avec quinze chats, et l’anus aussi large qu’Uranus. (Appréciez la blague subtile)

Petit conseil pour les plus vaillants : Lui expliquer que l’amour est universel, et qu’il faut trouver le bon, parfois c’est rapide, parfois c’est plus long, c’est tout. Pour les autres, foutez-lui le pied de biche dans le crâne, ça le rendra plus beau.

 

 

« Mec steuplait, tu peux me faire une petite coupe ? Bah quoi, t’es pas coiffeur »    

Navré de détruire l’image que les hétéros ont des homos, mais non, être gay ne rime pas forcément avec coiffeur. On peut être mathématicien, comme Alan Turing, l’homme qui a permis la victoire en 1939-1945. On peut aussi être chef d’État, comme les dirigeants de la Belgique, ou du Luxembourg. On peut être un peu tout, on est partout !

Petit conseil pour ceux qui sont vraiment coiffeurs : C’est le moment de montrer vos talents de joueur de fléchettes, et de viser avec votre paire de ciseaux directement entre les deux yeux.

Vous aimerez aussi :