Si les gays n’avaient pas existé

Aux portes de l’Europe se trouve un petit, tout petit pays, selon lequel les gays n’existent pas. Si l’on pousse la pensée un peu plus loin du « Il n’y...

Aux portes de l’Europe se trouve un petit, tout petit pays, selon lequel les gays n’existent pas. Si l’on pousse la pensée un peu plus loin du « Il n’y a pas d’homos chez nous », on peut vite arriver à « Il n’y a jamais eu de gays tout court ». Si l’Histoire est construite par les grands hommes et femmes de ce monde, et que nous les retenons pour ce qu’ils ont fait et non ce qu’ils étaient, le globe n’aurait pas connu autant de merveilles sans les gays. Bien qu’être un garçon qui aime les garçons, ou une fille qui aime les filles, n’est pas un avantage, ce n’est en AUCUN cas une tare.

 

Si les gays n’avaient pas existé, Socrate ne nous aurait pas enseigné la philosophie morale. Alors tout de suite, c’est sûr, ça rend l’épreuve de philo du bac carrément plus simple. Finies les fiches avec des mots où on n’y comprend rien, des termes à se tirer une balle et des soirées entières à essayer de comprendre juste une seule et unique phrase. Mais Socrate, c’est aussi ce grand homme qui nous a appris à ouvrir notre regard, à penser avec sagesse, à ne pas raisonner comme des gosses idiots. À ne pas considérer que l’inconnu est mauvais, que ce que l’on ne connaît pas n’est pas forcément contre nous. Il nous a enseigné que la parole et le discours étaient la clef de nombreuses choses, c’est ce qui lui a permis de devenir éternel. Mais pour ceux pour qui les gays n’existent pas, faire un pas vers l’inconnu semble être impossible.

La mort de Socrate / David

Si les gays n’avaient pas existé, La Joconde n’aurait pas ce petit sourire en coin. Léonard de Vinci n’était pas qu’un homme friand d’éphèbes, c’était aussi un scientifique, un peintre, un sculpteur, un inventeur, un architecte, un botaniste,  un musicien, un poète, un… La liste est encore très très très très longue. Cet homme incarne parfaitement l’esprit de la Renaissance, les grandes découvertes, la curiosité de tout. « Chercher plus loin que le bout de son nez », c’est un peu ce qu’il faut garder de ce pilier de l’Histoire. Mais pour ceux pour qui les gays n’existent pas, progresser semble être toujours impossible.

Léonard de Vinci / L’homme de Vitruve

Si les gays n’avaient pas existé, combien d’histoires folles que nous lisaient nos parents aurions-nous ratées ? Celles qui vous transportent de votre petit lit d’enfant, et vous donnent le goût de l’aventure. De partir dans des pays, des contrées, des mondes que personne n’a encore connus, de laisser l’imaginaire traverser les murs et aller jusqu’au bout de la galaxie.  Qui ne s’est jamais imaginé parcourir le monde en quatre-vingts jours ? De voyager au centre de la Terre ? D’affronter des défis ? Notre enfance aurait-elle été la même sans Jules Verne ? Mais pour ceux pour qui les gays n’existent pas, avoir des rêves de gosses plein les yeux n’a jamais pu se produire.

Jules Verne

Si les gays n’avaient pas existé, personne n’aurait pu danser sur Queen… et là, faut tout de suite arrêter le délire, car on ne parle pas d’un groupe, on parle de Queen. De Queen, bordel de merde ! Pour ceux qui l’ignorent, mais on en doute fort, le petit moustachu qui sait si bien chanter (Freddy) est de la jaquette. Alors, même si le groupe entier n’est pas composé d’homos, le leader l’était. Et on ne parle pas de simple musique, on ne parle pas du groupe de rock que vos attardés de voisins viennent de constituer dans leur garage. On parle de The Show Must Go On, de Don’t Stop Me Now, de I Want To Break Free et de la divine Bohemian Rhapsody. De la musique pleine d’espoir, d’amour, de tolérance. D’un vrai message de paix et de vivre ensemble, et puis un groove qui donne envie de danser comme des fous. Mais pour ceux pour qui les gays n’existent pas, danser tous ensemble n’est pas au goût du jour.

Freddy Mercury

 

Si les gays n’avaient pas existé, le mathématicien britannique Alan Turing n’aurait pas cassé le code Enigma des sous-marins nazis. La victoire des Alliés dans la bataille de l’Atlantique n’aurait pas été possible, et peut-être serions nous tous sous l’oppression et la haine des nazis. La liberté n’existerait pas, et l’extermination des peuples qui n’ont comme « crime » que d’être différents serait un fait quotidien. Un peu comme dans un pays dépendant de la Russie, tiens. Mais pour ceux pour qui les gays n’existent pas, peut-être que l’extermination n’est qu’un stupide jeu.

Alan Turing

Si les gays n’existaient pas, le monde tournerait toujours, le soleil se lèverait tous les matins, et les frites iraient toujours avec les moules. Mais si les gays n’existaient pas, l’histoire, les cultures, les Hommes ne seraient pas les mêmes. Au même titre qu’être hétéro, être homo, c’est faire partie du monde et de son avancée. Petit à petit, les Hommes construisent des monuments, qu’importe si les briques sont bleues, roses, ou couleur arc-en-ciel.

Vous aimerez aussi :