Rennes : une Marche des Fiertés pour dénoncer !

Une manifestation "coup de poing" à une semaine du premier tour des législatives...

C’est l’une des premières Marches françaises à avoir été crée. En effet, après Paris, Marseille et la capitale bretonne décident d’avoir eux aussi leur rendez-vous annuel à partir de 1994. Plus de vingt ans après, la motivation du Centre LGBT (CGLBT) ne faiblit toujours pas. A la veille de cette nouvelle édition, Sélène Tonon, présidente de l’association, est en colère face à l’inaction des pouvoirs publics. Une colère qu’elle compte mettre au coeur du rassemblement prévu demain.

Par Grégory Ardois-Remaud

 

Pouvez- vous nous parler des différents rôles du CGLBT qui organise la Marche ?

Un des premiers buts est de mettre en place un accueil ouvert à tou.te.s au sein de son local lors de sa permanence hebdomadaire. Cela permet de lutter contre l’isolement des personnes et de favoriser la création de lien social.
Un accompagnement individuel est également proposé à toute personne le nécessitant. Pour cela, une équipe spécifiquement dédiée à l’accueil des personnes LGBTI et leurs proches est régulièrement formée. L’association assure aussi la mise à disposition de documentation de prévention, de matériel de réduction des risques.

 

L’association joue un rôle de sensibilisation à la lutte contre les discriminations par ses actions d’éducation populaire, notamment en participant à des interventions en milieu scolaire.

 

Le CGLBT Rennes organise aussi de nombreux événements publics à Rennes et dans sa région : manifestations, rassemblements, cafés-citoyens, débats, Marche des Fiertés LGBTI, etc. L’association joue un rôle de sensibilisation à la lutte contre les discriminations par ses actions d’éducation populaire, notamment en participant à des interventions en milieu scolaire et en intervenant dans plusieurs types de formations à destination de publics professionnels (personnel médical, travailleurs sociaux, Plannings Familiaux, membres d’autres associations…).
L’association joue un rôle de diagnostic et de remontée des discriminations et des spécificités liées à l’orientation sexuelle et l’identité de genre, auprès de collectivités territoriales et d’institutions publiques. Elle s’implique au niveau national au sein de la Fédération LGBT dont elle est un des membres fondateurs.

 

Quels sont vos partenaires sur la journée de demain ?

De très nombreuses associations et structures partenaires sont présentes sur la Marche des Fiertés LGBTI Rennes-Bretagne et sur son village associatif.​ La ville de Rennes est un partenaire majeur, ainsi que le Batchi (qui organise la soirée festive contribuant à financer l’événement) et l’association Aides, qui fournit un soutien logistique important et propose en continu toute la journée des dépistages anonymes et gratuits. La CFDT assure le service d’ordre, et de très nombreuses associations LGBTI rennaises (ou même bretonnes) se joignent à l’événement et au cortège.

 

 

Quels sont les temps forts ?

Le village associatif ouvre dès 12h. Il est possible de s’y renseigner sur la vie associative LGBTI de Rennes et de la Bretagne. Il intègre un fort espace santé, où il est possible de profiter d’un dépistage anonyme et gratuit.​
Le cortège de la Marche des Fiertés LGBTI Rennes-Bretagne part de l’esplanade Charles de Gaulle à 14h. Au milieu du parcours, un discours sera tenu sur la place de la mairie de Rennes.
Dès 23h, c’est la Noz Pride, la soirée officielle ! Pour 13 euros en prévente (16 euros le jour même), l’étage du Liberté est ouvert pour la plus grande soirée LGBTI Rennaise.

 

Notre mot d’ordre ? « ​Chez nos élu·e·s indifférence, dans nos vies violences… Et maintenant ? »​
Quel sera votre mot d’ordre ?
« ​Chez nos élu·e·s indifférence, dans nos vies violences… Et maintenant ?​ »​
​Nous souhaitons par ce mot d’ordre appeler à faire le bilan du quinquennat Hollande et dénoncer l’inaction des pouvoirs publics à l’échelle nationale dans la lutte contre les discriminations et les violences que nous subissons en tant que personnes LGBTI.​

 

En quoi se distingue la Marche rennaise ?
​Notre marche est ​un moment festif tout en répondant dans le même temps à un fort besoin revendicatif de la part de la population LGBTI de Rennes et de Bretagne. Aucun de ces deux aspects n’est ignoré et il est pour nous crucial de permettre à tou-te-s de circuler dans les rues de Rennes dans la joie et la bonne humeur tout en portant au premier plan des revendications qui nous sont vitales : en tête de liste, le changement d’état civil libre et gratuit, la PMA pour tou-te-s, la fin de la mutilation des enfants intersexués.

 

La Marche des Fiertés de demain sera à la fois un moment de fête et de militantisme.

Quelle évolution vous constatez depuis le début ?
​La première Pride Rennaise était une Lesbian and Gay Pride ; nous étions alors la première ville de province, à égalité avec Marseille, à organiser une Marche. Le CGLBT n’existait pas encore. Il s’est créé sous le nom de CGL autour de l’organisation de cette manifestation, qui rythme l’année et les activités de l’association encore aujourd’hui.
La Marche des Fiertés LGBTI Rennes Bretagne demeure fidèle à ses origines tout en visant un très large public. C’est le rendez-vous de l’année pour ce qui est de la visibilité grand public des personnes LGBTI à Rennes. La fréquentation est évidemment toujours en hausse et plusieurs milliers de personnes sont attendues chaque année, ce qui est une excellente nouvelle.

 

En quoi cette Marche est-elle encore importante ?
Le besoin est encore fondamental. Les agressions LGBTI-phobes sont encore très nombreuses comme l’indique le rapport 2017 de l’association SOS Homophobie, et même en augmentation. Battre le pavé au milieu d’une foule​ bienveillante et festive est une véritable libération pour de très nombreuses personnes qui n’osent même plus arpenter ces mêmes rues du centre ville tout au long de l’année. Il est indispensable d’interpeller les pouvoirs publics quant aux urgences que rencontrent les populations LGBTI et quant à leurs moyens d’action pour améliorer la situation.

 

 » François Hollande a beaucoup promis, mais son bilan est extrêmement décevant. « 

 

Quel message vous souhaiteriez adresser au nouveau président, Emmanuel Macron ?
Il ne suffit pas de faire de beaux discours, il ne suffit pas de symboles, nous voulons des actes ! François Hollande a beaucoup promis mais son bilan est extrêmement décevant. Il y a une urgence à légiférer pour accorder des droits égaux aux personnes LGBTI et faire en sorte que les droits humains soient respectés dans notre pays.​

 

PLUS D’INFOS :

www.cglbtrennes.org

 

Si vous êtes du côté de Grenoble, ne loupez pas leur Marche qui a aussi lieu demain.

Grégory Ardois-Remaud

Nantais d’origine, le jeune journaliste est un passionné avant tout qui aime s’évader dans le jardinage ou la littérature. Son talent caché ? Il connaît la bio de Louis de Funès sur le bout des doigts.

Vous aimerez aussi :