« Ciné Friendly », ou comment faire de la cause LGBT un (7ème) Art.

Du 16 au 18 juin se tient au cinéma Omnia République de Rouen le festival de cinéma LGBT, « Ciné Friendly ». Présenté par l’association Gay’T Normande, ces trois jours consacrés...

Du 16 au 18 juin se tient au cinéma Omnia République de Rouen le festival de cinéma LGBT, « Ciné Friendly ». Présenté par l’association Gay’T Normande, ces trois jours consacrés à la production cinématographique gay internationale est l’occasion de révéler une production artistique aussi soignée que nécessaire.

 

Si le cinéphile qui sommeille en vous n’a pas pu fouler le tapis rouge de Cannes et qu’il vous faudra attendre la fin de l’été pour découvrir le magnifique « 120 BPM » de Robin Campillo (sortie en salles le 23 août), pas de panique. La Normandie vous réserve trois jours entiers de cinéma LGBT sous l’égide du festival « Ciné Friendly ».

 

Cette troisième édition réalisée sous le parrainage du romancier Sébastien Monod – lui même bachelier en cinéma – vous offre ce que le 7ème Art fait de mieux pour la cause. Loin des paillettes du cinéma américain de Deauville, la troisième édition vous réserve même une programmation plus exceptionnelle que jamais. On saura remarquer notamment le film d’ouverture « Closet Monster », un long-métrage canadien multi-primé sur une quête de soi à la fois réaliste et poétique.

 

Closet Monster, de Stephen Dunn, le film d’ouverture coup de poing du festival.   

 

Pour la plupart diffusés en avant-première voire en exclusivité (comme « Teenage Kicks » de l’australien Craig Boreham), les projections prévues de courts et longs-métrages sont l’occasion de (re)découvrir la richesse et la variété du cinéma LGBT à travers le monde : De l’Argentine à l’Australie, de l’Allemagne à l’Italie, c’est avant tout le caractère international du cinéma qui est mis à l’honneur. À travers ses 7 longs-métrages, ses 7 courts métrages, ses 4 avant-premières et ses 3 exclusivités, ces trois jours de cinéma dévoilent sans complaisance toutes les facettes de l’homosexualité actuelle et, qu’il s’agisse de drames ou de comédies, ils ouvrent au débat et à la réflexion.

 

DE L’ARGENTINE À L’AUSTRALIE, DE L’ALLEMAGNE À L’ITALIE, C’EST AVANT TOUT LE CARACTÈRE INTERNATIONAL DU CINÉMA QUI EST MIS À L’HONNEUR.

 

 

Car en effet, le Ciné Friendly, c’est l’occasion de se familiariser avec les grands enjeux LGBT. Allant du coming out à l’homo-parentalité, de l’insouciance adolescente aux violences encore faites aux gays, ce festival ouvert à tous apparaît aussi artistique que nécessaire.

S’il montre à la fois tous les horizons, les attentes, les peurs et les accomplissements des individus homosexuels, il n’en demeure pas moins l’occasion de débattre et d’échanger à la suite de chaque projection, ce dans une ambiance conviviale et multi-culturelle.

 

ALLANT DU COMING OUT A L’HOMOPARENTALITÉ, DE L’INSOUCIANCE ADOLESCENTE AUX VIOLENCES ENCORE FAITES AUX GAYS, CE FESTIVAL OUVERT À TOUS APPARAÎT AUSSI ARTISTIQUE QUE NÉCESSAIRE.

 

 

Mis en place à des tarifs préférentiels (5,5€ la séance, 4€ pour les moins de 26 ans), ce week-end de juin qui se solde par la remise du « Prix du Public » aura pour mot d’ordre l’inclusion. Ouvert à tous et à toutes, ces trois jours de culture au cinéma Omnia République de Rouen sauront joindre l’utile à l’agréable et feront de chacun des spectateurs un membre de jury.

 

Un week-end qui nous confirmera ainsi la nécessité absolue du cinéma pour faire de ce sommet d’esthétique un rendez-vous de tolérance.

 

 

Plus d’infos : www.facebook.com/CineFriendly/

Ciné Friendly 2017 – demandez le programme !


Vous aimerez aussi :

  • OUVERTURE DU CENTRE LGBT D’ANGOULÊME

    Active depuis 2005 sur l’ensemble de la région Poitou-Charente, l’association ADHEOS vient d’ouvrir un Centre LGBT à Angoulême, ville à la réputation peu gay-friendly. Car, en effet, si officiellement...
  • UN GARCON A TESTE POUR VOUS LE BAR ROUGE

    On vous avait parlé dans le numéro précédent du « bon vivre gay » et des coins sympa du Luxembourg. On trouvait aussi que l’on ne parlait pas suffisamment de ce...
  • JULIETTE ARMANET

    Intemporelle. Ethérée. Douce et sensuelle. Mélodique et mélancolique. Oui, c’est bien elle. C’est bien la voix de celle qui vogue en solitaire à la conquête des enseignes lumineuses. Seule...
  • La culture près de chez vous !

    Ettore Sottsass designer du monde, au château de Montsoreau-Musée d’art contemporain Par Cécile SHAMS Seul château de la Loire construit dans le lit du fleuve à la Renaissance, le...