Gay Pride de Tel-Aviv, le boycott à fait un flop

Vendredi dernier, la plus grosse Gay Pride du Moyen-Orient à fait un bruit énorme. Un bruit énorme principalement causé par les chars, la musique, la fête, et les participants,...

Vendredi dernier, la plus grosse Gay Pride du Moyen-Orient à fait un bruit énorme. Un bruit énorme principalement causé par les chars, la musique, la fête, et les participants, mais aussi médiatiquement et culturellement parlant. Quelques jours avant l’événement, un fort appel au boycott avait été lancé par les communautés religieuses. Une défaite amère pour ces dernières, l’estimation des participants atteint les 200.000.

 

@Happy Gay Travel 2016

 

C’est une foule jeune et joyeuse, composée de dizaines de milliers de gays, lesbiennes, transexuels, trasngenres, drag-queens, et simple sympathisants, qui a défilé vendredi au son des DJ de Tel-Aviv. La plus grande GayPride du Moyen-Orient, et une des plus attendue, est devenue le symbole d’une volonté d’exister encore plus fort.

Les nombreux chars, surmontés d’hommes en tenues légères, ou de femmes en bikini, ont pris la direction de la plage, pour l’une des plus gigantesque fête au bord de la mer Méditerranée. L’eau et les vagues n’ont pas été un luxe, compte tenue de la chaleur, et de l’énergie dépensée au rythme des musiques et des danses.

 

Gay Pride Tel-Aviv 2017 / Marée humaine sur la plage

Selon les organisateurs, c’est presque 200.000 participants qui ont défilé sous le soleil de ce nouvel eldorado LGBT. Les estimations sont de 30.000 participants étrangers, venus spécialement pour ce rendez-vous annuel. La ville est perçue comme un rare oasis de tolérance dans la région. La police a déployé des centaines d’hommes pour sécuriser le défilé, a dit un porte-parole, Micky Rosenfeld.
« Cette marche des fiertés présentée par la municipalité comme la plus importante parade non seulement au Moyen-Orient mais en Asie s’était donnée cette année pour thème la « visibilité bisexuelle », détournant le tube des Beatles pour s’intituler Let It B.
Israël est reconnu comme un pays avancé en matière de visibilité et d’égalité pour la communauté LGBT, jusqu’au sein d’institutions comme l’armée. Le mariage homosexuel, sans y être illégal, n’y est pas possible, faute d’institution habilitée à le prononcer. Mais il est reconnu quand il a été contracté à l’étranger. » Le Parisien

Les autorités israéliennes n’ont aucun problème à mettre de pareils événements, afin de promouvoir l’image respectueuse du pays, tolérant, qui intègre les différences, et qui favorise le tourisme.

Une économie florissante

Depuis sa première édition en 1998, la Gay Pride attire de très nombreux touristes qui passent le week-end ou la semaine à Tel-Aviv, où tout, de la plage aux centres commerciaux en passant par les hôtels et les clubs gays, vit au rythme des festivités.

« Tel-Aviv considère comme son « ADN de faire une place à tout le monde »,  Eitan Schwartz, patron de Tel-Aviv Global

 

Son entreprise, liée à la municipalité,  finance la Gay Pride.

« Le tourisme gay est l’un des piliers de notre économie ».

Gay Pride Tel-Aviv 20187

Vous aimerez aussi :

  • TRUMP ET LES LGBT : COMMENT IL LES A PIÉGÉ

    L’actualité est chargée, de l’autre côté de l’Atlantique pour les LGBT américains ces dernières semaines. Après la sortie du Président des États-Unis largement relayée sur les réseaux sociaux au...
  • Et un jour une « femme »…

    Comme quoi, même chez nos amies les bêtes, Les Feux de l’Amour gays existent « L’amour triomphe toujours » dit l’adage. Même malgré des rebondissements rocambolesques, ce sentiment reste d’une puissance...
  • OLIVIER MINNE : ENFIN LE COMING OUT !

    S’identifiant publiquement comme bisexuel depuis un peu plus de trois ans, Olivier Minne semble avoir tourné la page de cette révélation sur laquelle il revenait pourtant en Mars dernier...
  • TRANSIDENTITÉ : ZONE INTERDITE LÈVE LE VOILE

    « Je ne souhaiterais pour rien au monde que mon enfant soit transgenre. Je pense que j’ai assez d’une seule transition dans ma vie. Je ne supporterais pas d’en vivre...