Rémy Fréjaville (Mister Têtu 2012) : Nouvelle Vague de l’Occitanie tolérante

La « Bodega-y », avenir d’une tolérance nationale ? À l’occasion de la Fête de la Saint-Privat (18 août) donnée chaque année à Carmaux (Tarn), Rémy Fréjaville voit les choses en...

La « Bodega-y », avenir d’une tolérance nationale ? À l’occasion de la Fête de la Saint-Privat (18 août) donnée chaque année à Carmaux (Tarn), Rémy Fréjaville voit les choses en grand, ou plutôt en arc-en-ciel. Son but ? Donner à voir l’existence des gays dans sa région natale,  qui demeure pour l’heure moins au fait de cette réalité. Un pari audacieux mais salutaire d’un ambassadeur LGBT aussi convaincu que convaincant.

 

Carmaux, Tarn, 10 000 habitants. Connue pour ses grèves de 1895 ayant conduit Jean Jaurès au firmament, cette petite ville ensoleillée du Sud-Ouest français fête chaque année la Saint-Privat. Sur un modèle proche des ferias de Nîmes ou des fêtes basques, c’est l’évènement incontournable de la saison estivale.

Mais cette année n’est pas une année comme les autres. Rémy Fréjaville, Mr Têtu 2012 arrivé 3ème au Mr Gay World de la même année, entend bien ajouter à cette fête régionale une dose d’ouverture à la différence. Sur une plage éphémère du centre-ville, son association Point de Fût tiendra pour un soir la « Bodega-y », un projet aussi novateur que nécessaire.

 

 

Rémy Fréjaville habillé par Jean-Paul Gaultier pour l’élection Mr Gay World 2012

 

Car en terme d’avancées, la carte de France est loin d’être homogène. Si les métropoles organisent de grandes Marches des Fiertés, l’homosexualité peut encore apparaître comme un sujet sensible en territoires moins urbanisés. Or, comme nous l’explique Rémy, « C’est le contraste qui importe. Il s’agit de montrer que même lors d’évènements traditionnellement fermés à cette diversité, les gens peuvent faire preuve d’ouverture. »

 

« C’EST LE CONTRASTE QUI IMPORTE. IL S’AGIT DE MONTRER QUE MÊME LORS D’ÉVÈNEMENTS TRADITIONNELLEMENT FERMÉS À CETTE DIVERSITÉ, LES GENS PEUVENT FAIRE PREUVE D’OUVERTURE. »

 

Bien loin de se contenter d’un physique (très) avantageux ou de résumer sa pensée de Mister à « la paix dans le monde » (à lire avec « l’accent »), cet ambassadeur de la cause gay apparait investi d’une réelle mission : rendre visible l’homosexualité existante en ruralité. Une tâche aussi subtile que révolutionnaire dont Rémy a pris la mesure : « Il n’y a pas grand chose pour les gays à Carmaux, c’est une petite ville. L’objectif est donc avant tout de rendre visible et acceptée cette part de la population par tous. C’est une grande première, et tout le monde est évidemment bienvenu ! »

 

 

Son évènement sera friendly, tout le monde sera le bienvenu. 

 

S’il n’en est pas à son coup d’essai en matière de travail associatif (il est le créateur de l’association montpelliéraine de football gay), il s’agit d’une grande Première en matière d’évènement LGBT dans ce cadre. Néanmoins, l’objectif de l’association organisatrice Point de Fût n’est pas d’ostraciser, bien au contraire : « Ce ne sera pas une soirée gay. Ce sera une soirée à thématique gay. On cherche seulement à ce que les habitants s’ouvrent à cette différence », nous précise-t-il.

 

 

CE NE SERA PAS UNE « SOIRÉE GAY ». CE SERA UNE SOIRÉE À THÉMATIQUE GAY.

 

 

 

Ce projet en plein air verra d’ailleurs une part des bénéfices reversés au Refuge, un choix cohérent au regard de cette lutte contre l’exclusion. Si l’ambiance sera avant tout festive et culturelle (boisson, restauration, performances artistiques), le « militantisme convivial » s’y dessinera en filigrane tout au long de la soirée par la promotion du dialogue et de la bienveillance.

 

 

Rue de Carmaux devenue plage éphémère.

 

 

Quant à la pérennité de cet évènement, Rémy paraît confiant. Bien que certaines mentalités ne puissent changer du jour au lendemain , la question fera son chemin au fil des ans. Si mieux vaut Tarn que jamais, ce ne serait ainsi qu’une question de temps avant que les « gays des villes » soient aussi bien acceptés que les « gays des champs ».

 

Dès lors, il ne nous reste plus qu’à saluer le travail et les accomplissements aussi nécessaires qu’avant-gardistes de ce « Mister » pas comme les autres ; une des figures qui fait de la France un territoire plus tolérant.

 

Vous aimerez aussi :

  • Existrans : les T et I sont dans la rue

    Le slogan de cette édition 2017 de la marche Existrans est fort à propos. Voilà 21 ans que le collectif abonde les rues parisiennes à l’occasion d’une journée par...
  • TRUMP ET LES LGBT : COMMENT IL LES A PIÉGÉ

    L’actualité est chargée, de l’autre côté de l’Atlantique pour les LGBT américains ces dernières semaines. Après la sortie du Président des États-Unis largement relayée sur les réseaux sociaux au...
  • Et un jour une « femme »…

    Comme quoi, même chez nos amies les bêtes, Les Feux de l’Amour gays existent « L’amour triomphe toujours » dit l’adage. Même malgré des rebondissements rocambolesques, ce sentiment reste d’une puissance...
  • CALENDRIER GIABICONI 2018

    Galvanisé par les ventes de son calendrier 2017, Baptiste Giabiconi, protégé de Karl Lagerfeld et égérie de Chanel, a pris la décision de rééditer l’exploit en proposant cette année...