Le Gay créateur : cliché ou fatalité ?

Michel-Ange, De Vinci, Oscar Wilde, Marcel Proust, Virginia Woolf ou encore Visconti : La liste d’artistes homosexuels ne saurait être exhaustive. Car au fond, peu importe avec qui ces...

Michel-Ange, De Vinci, Oscar Wilde, Marcel Proust, Virginia Woolf ou encore Visconti : La liste d’artistes homosexuels ne saurait être exhaustive. Car au fond, peu importe avec qui ces hommes et ces femmes partageaient leur intimité. Mais pour autant, comment expliquer cette prolifération d’artistes homosexuels ? Comment comprendre ce lien à travers les âges ? Se reflète-t-il dans leurs chefs d’oeuvres ? En somme, être gay facilite-t-il la création ? Hypothèses et tentatives d’explication.

 

 

 

Saint-Laurent

 

La première théorie serait que l’on puisse considérer un déterminisme social à travers les siècles. Le fait d’appartenir à une minorité pousse à l’expression de soi, à l’accueil d’une oeuvre, une transfiguration du réel à la fois publiquement politique et intimement salutaire. De la « négritude » d’Aimé Césaire (qui n’était pas gay) au pamphlet féministe de Virginie Despentes King Kong Théorie, les œuvres ne manquent pas. Cette dernière, dont le dernier tome de la trilogie Vernon Subutex vient de paraître, a même déclaré aux Inrocks que selon elle « Il y a un lien évident entre création et homosexualité (pour les femmes). Alors que l’hétérosexualité peut te tirer vers le bas en tant que créateur. Pour moi, c’est quand je suis devenue lesbienne que j’ai compris à quel point c’était important. Ça libère vraiment un truc. Tu t’autorises plus. »

 

 

« IL Y A UN LIEN ÉVIDENT ENTRE CRÉATION ET HOMOSEXUALITÉ »

 

 

Mais cette conscience de soi, aiguisée par l’appartenance à une minorité, n’est-ce pas justement la genèse de la création artistique ? Créer sa propre culture, un art nécessaire ? Michel-Ange et ses nus, De Vinci et l’androgynie de ses œuvres, Rimbaud et ses « Sensations »… Si l’on doit se départir du cliché des « garçons sensibles » qui induirait un homosexuel nécessairement porté sur ces choses-là (et God knows que certains ne le sont pas le moins du monde…), il s’agirait surtout de reconnaître que certains thèmes comme l’acceptation de soi (Maurice, E.M Forster), la recherche de la Beauté (Le Portrait de Dorian Gray, Oscar Wilde) ou encore l’égalité entre les hommes (les formes égalitaristes et minimalistes des bonshommes de Keith Haring) sont le reflet plus ou moins déformant des questionnements les plus intimes des gays à travers les âges.

 

 

 

 

Pierre & Gilles, « Printemps arabe », une oeuvre pop et politique de la série Héros

 

 

ON DOIT SE DÉPARTIR DU CLICHÉ DES GARÇONS SENSIBLES

 

 

Enfin, au regard des œuvres souvent prolixes de tous ces artistes, la dernière hypothèse pourrait être l’importance du legs, de l’héritage que l’on laisse avant sa mort. Des collections géniales de Saint-Laurent aux innombrables pellicules de Mapplethorpe, de La Recherche du Temps Perdu au cri poétique d’Allen Ginsberg (Howl), les gays ont souvent laissé au monde une oeuvre assez considérable, que ce soit par leur ampleur comme par leur profondeur. Comment l’expliquer ? Sans doute par le fait que jusqu’à ces dernières années, les individus homosexuels ne pouvaient pas avoir d’enfant, ou du moins pas officiellement. S’ils ont trouvé leur légitimité dans certains secteurs où ils ont excellé, la part animale comme le déterminisme de donner la vie semblerait ainsi s’atténuer au profit de ce legs de mots ou de traits, cette transmission de l’esprit par l’Art.

 

 

 

Mapplethorpe

Dès lors, malgré ces hypothèses n’ayant pour seuls appuis qu’une connaissance relative des arts et une expérience des lettres, force est de reconnaître une corrélation, plus du fait d’un positionnement social à la marge que les gays ont intériorisé plutôt que du fait de leur sexualité en tant que telle. Ainsi, par des siècles de marginalisation, il semblerait que cette fatalité d’un gay porté à la création ait pu engendrer ce qui nous apparaît désormais comme une allégation stéréotypée.

 

 

 

 

 

Vous aimerez aussi :

  • Backroom : Peut-on y trouver l’amour ?

    Ce que la backroom révélait de lui, de Cédric Ronnoc, c’est une cinquantaine de pages sur un lieu bien connu de la nuit gay : la backroom.  Un projet...
  • Merci Qui ? Merci Harry !

    Il y a vingt ans jour pour jour paraissait Harry Potter à l’École des Sorciers. Si l’on ne présente plus cette saga au succès planétaire, rappelons toutefois à quel point les jeunes...
  • Paris : Le Salon du Livre Lesbien revient !

    Pas moins d’une trentaine d’autrices ont une nouvelle fois répondu présentes. Pour sa sixième édition, le SLL se tiendra principalement ce samedi (1er juillet) à la Mairie du 3ème...
  • L’Hommage à Orlando

    Le 12 juin 2016, la communauté LGBTQI toute entière a été heurtée, blessée en voyant mourir 49 de ses enfants à Orlando. Cet attentat aux revendications homophobes a eu...