Bordeaux, ses chocolatines et sa marche des fiertés !

En 2017 l’organisation de la Marche des fiertés à Bordeaux a été reprise, par le Girofard, centre LGBT+ de Bordeaux Aquitaine. Cette décision fait suite à la dissolution de...

En 2017 l’organisation de la Marche des fiertés à Bordeaux a été reprise, par le Girofard, centre LGBT+ de Bordeaux Aquitaine. Cette décision fait suite à la dissolution de la Lesbien and Gay Pride Bordeaux, association qui s’ est occupée de la marche pendant 20 ans.  


PHOTO LAURENT THEILLET / SUD OUEST

Par son rôle fédérateur de tête de réseau et par les actions qu’elle mène tout au long de l’année, notre association répond aux besoins et aux demandes d’une cohésion plus importante entre la marche et les autres temps forts de visibilité et de militantisme LGBT tout au long de l’année

Découvrez l’interview de Jean-Christophe TESTU président du Girofard 

Quels sont vos partenaires sur cet évènement (établissements, associations…)

Toutes les associations membres du Girofard sont partenaires et solidaires de l’évènement ; Associations : AmiEs de l’ homosocialité, Wake Up (association de jeunes et d’étudiant), Trans3.0, collectif sida33, ENIPSE, HSB, Aides, Flag Asso, Adhéos, Les Bascos, Maison des Femmes, Mouvement Français du Planning familial, APGL, Enfants d’Arc en Ciel , les dérailleurs, Ecce homo (association du Lot et Garonne)… 

Nous avons également des soutiens institutionnels : ville de Bordeaux, département de la Gironde, Région Nouvelle-Aquitaine

 Comme chaque année, est édité  un livret  ‘Le Pride’. En 2017 il s’est étoffé et contient  plus de 70 pages d’informations sur les questions LGBT de société, de santé, de sexualité, de culture … C’est aussi un annuaire extrêmement détaillé de l’offre LGBT+ friendly sur Bordeaux et sa région.

 

Quel sera votre mot d’ordre ?

Pour nos droits et contre les violences , la lutte continue

 

Quels sont les temps forts ?

Prise de parole initiale – Dépôt de gerbe de fleurs et prise  de parole par  le Mémorial de la Déportation Homosexuelle,  Die-in et temps de recueillement sur le Parvis des droits de l’Homme pour toutes les victimes actuelles des violences homophobes – village associatif à l’arrivée place de la Victoire fonctionnant toute l’après midi – repas inter-associatif à partir de 20h.

 

Comment vous définiriez la spécificité de votre marche des fiertés ?

Diversité, visibilité et inclusion 3 axes forts de la marche.

Diversité des publics, des genres et des motivations. Diversité  dans la manière d’appréhender ce temps fort : festif, militant et revendicatif, ludique, artistique, conceptuel… avec  respect et acceptation de la visibilité de chacune de ces sensibilités, elles-mêmes respectueuses des autres.

L’inclusion passe également par celle des revendications LGBT+ par rapport à l’ensemble de la société et par un travail conséquent de pédagogie et d’information dont le ‘pride’ est un des éléments majeurs.

 

Quelle évolution depuis le début?

L’évolution de la marche n’a jamais été linéaire. En 2005, comme en 2017 elle a bien failli de pas avoir lieu, suite à la disparition  quasi-complète des bénévoles en place.

Mais au gré des équipes qui se sont succédées et de la fluctuation de la vitalité des tissus associatif et commercial, les marches ont été perçues selon les années, comme plus ou moins festives ou plus ou moins militantes. En réalité, à Bordeaux, les deux champs ont toujours coexisté.

Toutefois, sur le long terme, une évolution quantitative indéniable s’est mesurée entre 1996 et 2013, année du « mariage pour tous », de 500 à plus de 5000 participants. Depuis, la progression s ‘est arrêté et la fréquentation est plus fluctuante.

Qualitativement à la fois plus métissée, plus ouverte à la population hétérosexuelle qu’il y a 20 ans, la marche a contribué à une plus grande visibilité des personnes trans et continue à poser sur la place publique à l’ensemble de la société, des questions de famille, de parentalité, de discrimination, de représentativité, de modes de vie…


PHOTO LAURENT THEILLET / SUD OUEST

 

Nous venons d’élire un nouveau président. Quel serait le message que vous souhaiteriez lui adresser?

 

Nous sommes en marche depuis 20 ans ! Dans cette volonté actuelle de dépasser les clivages, de trouver des points d’ancrage autour des valeurs communes pour  une société plus optimiste, plus diversifiée, plus ouverte sur le monde et plus respectueuse des individus, nous souhaitons que les questions et les thématiques LGBT fassent partie de cette dynamique et que ces nouvelles volontés politiques se concrétisent par des actes forts ou symboliques .

  

En quoi est-il encore important d’organiser une marche des fiertés en 2017?

Tant qu’il y aura de la discrimination, de la violence à l’encontre des LGBT+, tant qu’il y aura la volonté de mettre au grand jour, nos vies, nos aspirations et nos amours, tant que nous aurons envie à la fois de partager et de célébrer une histoire commune et de penser l’avenir avec l’ensemble de la société, les marches existeront …

2017 et bien d’autres années à venir ne marqueront pas le déclin de l’importance des marches.

Tristan Barreiros Gueunier

Sa passion secrète : il écoute Les Grosses Têtes de Laurent Ruquier tous soirs en podcast, il ne peut pas dormir sinon... Sa manie : il ne peut pas s'empêcher de répondre et enchainer une chanson à chaque fois qu'on lui parle...

Vous aimerez aussi :