À Metz, les gays ne comptent pas pour des prunes

En décembre dernier, un couple gay était passé à tabac aux cris de « on va casser du pédé ». De quoi effrayer les gays de s’installer dans la ville ? Rassurez-vous, les...

En décembre dernier, un couple gay était passé à tabac aux cris de « on va casser du pédé ». De quoi effrayer les gays de s’installer dans la ville ? Rassurez-vous, les élus messins, de gauche comme de droite, ont adopté une charte pour lutter contre les LGBT-phobies, mais aussi valoriser la richesse de la culture LGBT. Allez, je vous emmène au pays de la mirabelle ! 

Cette année, à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, la ville de Metz à signé la charte « Metz Moselle LGBT » proposée par le centre LGBT de Metz pour rappeler aux personnes LGBT qu’elles sont les bienvenues dans la ville, et qu’elles doivent pouvoir se sentir libres d’être ce qu’elles sont, en étant respectées, en tout lieu et en toute circonstance.  

Un message fort pour la ville ! 

Cette signature, c’est une victoire pour Matthieu Gatipon-Bachette, président de Couleurs Gaies qui était en discussion depuis le mois d’octobre 2016 pour écrire et faire adopter cette charte. Metz s’inscrit ainsi dans une dynamique de promotion du territoire et du tourisme messin (boosté par le Centre Pompidou-Metz, que je vous recommande), en adressant aux personnes LGBT un message d’accueil chaleureux, ouvert et bienveillant. D’ailleurs les signataires de la charte se verront attribuer le label « METZ MOSELLE LGBT FRIENDLY ». 

La victoire est méritée pour cette association qui gère un centre LGBT au cœur de la ville, et qui anime chaque année les « Metz Rainbow Weeks », festival des fiertés LGBTI qui dure un mois, et se clôt chaque année par une grande marche des fiertés colorée et festive. 

Et pour sortir, on va où ? 

« L’Endroit » est la grande boîte gay de Metz. On y vient même de Nancy (la ville rivale en Lorraine) pour y faire la fête. Il faut dire que l’ambiance est chaleureuse, que la musique est diversifiée et très bonne. Pour ne rien gâcher, le personnel (videurs compris) est souriant (si, si, j’ai dit « videurs compris ») et… sexy !  

À quelques pas de là, on peut aussi aller au « Boys Code », un bar-boîte qui, depuis un an, a remplacé « l’appart ». L’entrée est gratuite, du jeudi au dimanche, et son patron, le beau Jason, ne manque pas d’énergie, malgré son jeune âge (23 ans au compteur) pour vous permettre de vous amuser toute la nuit ! 

Côté saunas, à 5 minutes de la gare, se trouve l’historique Blue Club. Pas très grand, mais bien agencé, le « Blue » est surtout 100% gay. Ouf, vous ne risquez pas de tomber nez à nez avec une dame toute nue parce que vous vous êtes trompé de jour ! 

Le Red Sauna, lui, se situe à 25 kms de Metz, à Uckange. On traverse un nombre incroyable de patelins dont le nom finit en « ange », avant de tomber sur ce très grand sauna, tout neuf, tout propre, où on vient d’un peu partout, dans la région, et même du Luxembourg ou d’Allemagne. 

Couleurs gaies : 11 Rue des Parmentiers, Metz – www.couleursgaies.fr 

L’Endroit : 20 Rue aux Ours, Metz – https://www.facebook.com/lendroitmetz 

Le Boys Code : 2 Rue Haute Pierre, Metz 

Le Blue Club : 8 Rue Sébastien Leclerc, Metz 

Le Red Sauna, Cours Brasserie, Uckange – http://redsauna.fr 

Vous aimerez aussi :