Il n’y a pas que les garçons qui regardent du porno gay  

  De façon générale, il est logique de supposer que le porno gay n’attire pas que des garçons qui aiment les garçons. Parfois les hommes hétéros s’hasardent dans les...

 

De façon générale, il est logique de supposer que le porno gay n’attire pas que des garçons qui aiment les garçons. Parfois les hommes hétéros s’hasardent dans les catégories des sites, et cliquent par « erreur » sur  l’onglet gay. Rien de mal, rien de bien méchant. Ce dont on ne supposait pas l’existence, c’est que les femmes aiment le porno, et surtout le porno gay.

 

Dans un article paru sur le site d’informations Rue 89 à propos du porno féminin des filles y dévoilent leur attirance pour le X gay.

 

Une jeune femme, plutôt audacieuse, décide d’organiser une petite soirée entre filles. Loin des batailles de polochons et des dessous sexy, le but est de regarder un petit film de boule comme on les aime.

« Surprise et intriguée, j’organise une soirée à laquelle j’invite des copines de tous bords. Après quelques refus gênés, je trouve quelques motivées n’ayant pas peur de l’aventure et suffisamment franches pour exprimer carrément le fond de leur pensée. C’est ainsi que par une belle soirée, du pop-corn et du vin sous la main, les lumières tamisées, nous nous installons confortablement devant un (bon) film porno. »

Ce qui plait le plus, c’est l’ambiance. Les femmes ont tendances à préférer les films qui possèdent un petit côté romantique. Bien sûr on ne parle pas non plus d’une comédie à l’eau de rose, ça reste un porno ou des gens s’enculent. Ce qui intrigue, attire, voir même excite la gente féminine, c’est le subtil mélange entre le cul et l’amour. Mais pas que, c’est aussi d’avoir deux beaux mâles virils, bien bâtis, qui s’embrassent,  se caressent avant que les choses deviennent plus explicites.

« J’aime vraiment quand ils s’embrassent. C’est viril, c’est excitant. Et plutôt rare dans un porno ! »

Les experts du corps masculin

“Une fellation faite par un mec, c’est bien plus sexy que par une nana. On dirait qu’il y a plus de désir, le tout sans attitude de soumission ou d’humiliation.”

 

On a tout de suite en tête la petite phrase « Un mec sucera toujours mieux qu’une femme ». Dans ce cas, ce n’est pas si faux que ça. Dans les pornos hétéros, les actrices n’ont pas l’air d’aimer le sexe. Elles sont vulgaires, elles surjouent. Pourtant, on ne peut s’empêcher de s’identifier à elles. Dans un film gay, le fait de ne pas voir de femme permet un certain recul, d’être moins concerné, du coup on se détend et l’excitation vient plus facilement.

Peut-on donc voir ça comme un rejet de l’image de la femme représentée comme un objet sexuel dans la pornographie masculine ?

« Il y a plusieurs raisons pour préférer regarder des hommes. Premièrement, tout ce qu’il y a d’avilissant pour une femme dans un film porno, n’existe pas dans un film gay. On a un sentiment d’équité ; deuxièmement, les gays assument une tendresse que les hétéros et leur besoin de jouer un rôle protecteur ont de la peine à montrer. Troisièmement, autant les lesbiennes que les hétéros peuvent ainsi assouvir le fantasme de posséder un pénis en se projetant sur l’un ou l’autre des acteurs ».

 

Un carton qui n’est pas forcement plein

Bien que les scènes soient plus sexy, plus intenses, plus excitantes, que les caresses, que le côté fragile dans toutes cette masse de testostérones, donnent envie, la réalité reprend vite le dessus.

La sodomie, la triste réalité des femmes. La réalité qui est crue, aux gros plans, au porno hard.

« Vraiment, j’aurais préféré ne pas voir ça d’aussi près ! – Oui, mais au moins, y a pas d’éjaculation faciale à la fin, contrairement à ce qui est infligé aux nanas, renchérit Lara, et l’intrigue continue après les scènes de cul ».

Bien qu’intriguant, le porno conserve un aspect lassant pour certaines femmes

Après la séance, les réactions sont mitigées : « n’empêche que c’est lassant ; gay, hétéro ou lesbien, un film porno n’est pas fait pour être regardé en entier. Tu mates un bout et ça t’excite, c’est mécanique. Du coup, soit tu te fais plaisir si tu es seul(e), soit tu t’envoies en l’air. Quoi qu’il arrive, tu ne regardes jamais la fin »

Regarder en groupe un porno gay, est une façon originale d’aborder la chose. Peut-être que si ces dames décidaient de renouveler l’expérience, mais seule, le résultat serait diffèrent.

Vous aimerez aussi :

  • TRUMP ET LES LGBT : COMMENT IL LES A PIÉGÉ

    L’actualité est chargée, de l’autre côté de l’Atlantique pour les LGBT américains ces dernières semaines. Après la sortie du Président des États-Unis largement relayée sur les réseaux sociaux au...
  • Et un jour une « femme »…

    Comme quoi, même chez nos amies les bêtes, Les Feux de l’Amour gays existent « L’amour triomphe toujours » dit l’adage. Même malgré des rebondissements rocambolesques, ce sentiment reste d’une puissance...
  • OLIVIER MINNE : ENFIN LE COMING OUT !

    S’identifiant publiquement comme bisexuel depuis un peu plus de trois ans, Olivier Minne semble avoir tourné la page de cette révélation sur laquelle il revenait pourtant en Mars dernier...
  • TRANSIDENTITÉ : ZONE INTERDITE LÈVE LE VOILE

    « Je ne souhaiterais pour rien au monde que mon enfant soit transgenre. Je pense que j’ai assez d’une seule transition dans ma vie. Je ne supporterais pas d’en vivre...