Sortie du mercredi : Tom of Finland, de Dome Karukoski

Sans surprise, la sortie-ciné de la semaine est consacrée au biopic du dessinateur pionnier Tom of Finland. Projeté en avant-première dans le cadre du festival LGBT+ Chéries-Chéris, ce film...

Sans surprise, la sortie-ciné de la semaine est consacrée au biopic du dessinateur pionnier Tom of Finland. Projeté en avant-première dans le cadre du festival LGBT+ Chéries-Chéris, ce film retrace la vie et la mise en oeuvre d’une iconographie gay aussi pionnière que sulfureuse. Zoom sur une parabole de l’idée selon laquelle l’Art est politique. 

Attention : certains visuels sont à caractère explicite. 

 

 

 

Après une jeunesse passée dans le placard dans la campagne finlandaise, Touko Laaksonen a été soldat durant la Seconde Guerre mondiale. Une culpabilité immense survient lorsqu’il tue un officier russe au physique angélique. Après la guerre, il devient graphiste en compagnie de sa soeur, Kaija. C’est à ce moment que Touko devient Tom, dessinant sur son temps libre sa vision fantasmée des hommes qui l’entourent.

 

LES DESSINS COMME EXUTOIRE À UNE SEXUALITÉ TENUE SECRÈTE.

 

Si certains « corps de métiers » ou profils d’hommes ont plus marqué la postérité que d’autres – tels que les bikers ou les marins – les dessins sont un exutoire à une sexualité encore secrète ; l’homosexualité était alors considérée comme un crime en Finlande. Jusqu’au jour où son compagnon l’encourage à les faire publier…

 

éd. Taschen

 

À travers ce biopic au casting principalement finlandais, on retrouve la confusion et la fougue des scènes-clefs de son oeuvre fantasmatique : la passion pour l’art, l’homo-érotisation d’une virilité alors intouchable, des études artistiques interrompues par la guerre. Une époque se dessine progressivement, et avec elle la nécessité de transgression, de progrès, et donc d’abandon partiel des racines.

 

Ce film permet également de découvrir l’essor d’une communauté gay et fière de l’être, une sortie de l’ombre, une affirmation de soi face au reste du monde. On saluera notamment la prestation de Pekka Strang qui donne vie avec une pudeur impressionnante à un personnage historique paradoxalement réservé (contrairement à ce que son oeuvre pourrait laisser penser).

 

 

Pekka Strang

 

 

Reconstituée avec sensibilité et parfois même une pointe d’humour, la vie de Tom Of Finland apparaît comme une ode à la liberté. Assumer le scandale, provoquer la controverse, permettre les avancées. Avant même Harvey Milk, Stonewall et le scandaleux Cruising de De Palma (dont l’univers visuel est directement inspiré de son oeuvre), cet icône du fétichisme gay apparaît ainsi comme le fer de lance de l’acceptation des gays, et ce notamment vis-à-vis d’eux-mêmes.

 

 

Vous aimerez aussi :