VIH : La Conférence internationale IAS, un débrief’ mitigé !

Hier, il n’y avait pas que le Tour de France à regarder.  La conférence internationale de lutte contre le Sida (International Aids Society) a en effet été inaugurée à...

Hier, il n’y avait pas que le Tour de France à regarder.  La conférence internationale de lutte contre le Sida (International Aids Society) a en effet été inaugurée à Paris, avec un ordre du jour chargé : éventuels vaccins, regards critiques sur la politique tant étrangère qu’intérieure, prévention…

 

Un combat qui continue

Ils sont près de 6 000 à s’être réunis pour cette conférence. Chercheurs, médecins, politiciens… Tous se sont donnés rendez-vous pour cette neuvième édition. Bien que le nombre de défunts du SIDA ait pu être divisé par deux en douze ans dans le monde, ce sont encore un million de personnes qui meurent chaque année de cette maladie.

Un espoir en demi-teinte

Néanmoins, si l’on ne parle plus d’impossibilité radicale quant à l’avènement d’un vaccin dans la décennie à venir, l’apparition de ce dernier demeure très incertaine. Comme l’explique le directeur du NIAID (Institut national des allergies et des maladies infectieuses) Anthony Fauci, « Éradiquer complètement le virus du corps d’un malade, c’est très difficile, voire impossible ». Les pistes sont donc sur une alternative aux traitements  anti-rétroviraux, ces derniers étant la cause d’effets secondaires des moins souhaitables.

 

 

> 50%

C’est le seuil dépassé de séropos sous traitement. Une bonne nouvelle, même si les objectifs de l’ONU ont été rappelés hier : d’ici 2020, au moins 90% des personnes séropositives connaissent leur statut, au moins 90% de ces dernières soient traitées, et que parmi celles-ci, au moins 90% aient une charge virale indétectable.

 

 

…Quand la Maison Blanche donne une leçon de rétropédalage.

Les regards étaient en effet tournés vers la Maison Blanche, ce à cause du fait que le président Trump ait proposé de réduire les dépenses allouées à la lutte contre le SIDA pour le budget 2018, actuellement en discussion au Congrès. Une coupe d’un milliard de dollars environ, qui serait catastrophique pour les avancées et progrès présentés en ce moment même à Paris.

 

Rappelons que les USA est le premier pays contributeur à la recherche contre le SIDA, et de loin : 4,2 milliards de dollars en 2016 contre 242 millions en France. Néanmoins, il manquerait d’après les estimations réalisées 7 milliards environs pour atteindre les objectifs fixés par l’ONU.

 

 

« Shame on Macron » ?

Quant au Président Macron, il était le grand absent d’hier. Si des huées ont pu être entendues lors de l’allocution de la Ministre de la Santé Agnès Buzyn, les associations Act-UP Paris, Coalition Plus et Aides y ont vus un « désengagement de la France (…) comparable à celui de Donald Trump. »

Néanmoins, l’agenda de celui-ci a été revu depuis hier puisqu’il recevra finalement cet après-midi pour une demi-heure les acteurs principaux des associations de lutte contre le SIDA, ce avant d’accueillir à 17h le chanteur de U2, Bono, en sa qualité de co-fondateur de l’ONG ONE.

 

Et au cas où le programme complet de l’IAS 2017 vous branche c’est ici !

Vous aimerez aussi :