Sortie du mercredi : Valérian et la Cité des mille planètes, de Luc Besson

Un film aussi friendly qu’éblouissant ! 

 

Adapté de la bande-dessinée seventies du même nom, « Valérian et la Cité des mille planètes » sort aujourd’hui en salles. L’occasion de découvrir un space opera à l’esthétisme aussi poussé que l’esprit friendly qui gouverne le film, tant par le scénario que l’univers graphique. Préparez-vous à du grand spectacle ! 

 

Lorsqu’une menace plane sur la cité des mille planètes, deux jeunes ont pour mission de prévenir l’extinction d’une Babel intergalactique. Un synopsis assez simple, et un film directement inspiré de la bande dessinée française (cocorico !) de Christin et Mézières. Une saga des années soixante-dix qui a notamment bercé l’enfance du réalisateur qu’on ne présente plus.

 

 

Et on attendait ce retour du glam’ depuis Le Cinquième Élément. Et ça y est. Avec non seulement Cara à l’affiche mais également Rihanna dans un rôle des plus sensuels (elle y incarne une créature pouvant se métamorphoser en fantasme ultime de son interlocuteur !), Luc Besson renoue avec un esthétisme total pour une oeuvre grand public.

 

 

Laureline, femme forte

Voici enfin à l’écran le personnage qui inspira la plupart des personnages féminins de Luc Besson (et notamment Milla Jovovich du Cinquième Élément). Incarnée par nulle autre que Cara Delevingne, cette dernière reconnaît s’être particulièrement identifiée au personnage, dont elle aime le caractère combattant.

 

 

 

Rihanna dans Valérian

 

Cara : Une actrice à l’image d’une esthétique de la tolérance.

Se disant elle-même gender-fluid, « ni gay ni hétéro », ce film met également à l’honneur l’androgynie. À travers l’admiration manifeste pour le peuple pacifique des Pearls, Valérian est un film en phase avec des thématiques d’actualité. Pas étonnant… Le pitch se déroule au XXVIIIè siècle !

 

Luc Besson entouré des deux acteurs principaux, idoles de son enfance

 

 

Alors, ne voulant pas en dévoiler trop, on vous invite chaleureusement à partir pour une odyssée aussi fraîche qu’éclatante. Si elle a pu être relativement boudée par le public américain, ne ratons pas cette adaptation d’une oeuvre française à laquelle l’un de ses plus grands fans semble avoir su faire honneur !

 

Vous aimerez aussi :