De rivales à fiancées, l’amour commence sur les tatamis

Miriam Blasco, la médaille d’or de Barcelone, est tombée folle amoureuse de Nicola Fairbrother. La femme qui était sa rivale lors des jeux de 1992 est devenue son épouse....

Miriam Blasco, la médaille d’or de Barcelone, est tombée folle amoureuse de Nicola Fairbrother. La femme qui était sa rivale lors des jeux de 1992 est devenue son épouse. Elle raconte son histoire pour la télévision espagnole, dans un reportage plein de douceur. Des images qui montrent toute la compétition, la rivalité des deux femmes, avec toute leur complicité, sous fond de romance.

 

C’était en 1992, le 31 juillet, Miriam Blasco tombe de tout son long, folle de bonheur. Elle vient de remporter un combat acharné contre la britannique Nicola Fairbrother. Sous les yeux de Juan Carlos, roi d’Espagne, elle vient de décrocher la plus belle des récompenses, la médaille d’or. La judokate remporte les jeux dans la catégorie des moins de 56kg.

Celle qui était son ultime adversaire est devenue sa plus grande victoire. De fil en aiguille, de rencontres en rencontres, deux années passent, et les athlètes commencent une romance. Une romance qui va les mener jusqu’à l’or, mais celui qui compose une bague, une alliance. En 2015, devant leurs amis et proches elles se disent oui. C’est Miriam qui révèle ce dénouement à l’occasion d’un reportage consacré au 25ème anniversaire des JO de Barcelone.

Symboliquement, les alliances sont en argent pour l’espagnole, et or pour la britannique.

Judokate, puis députée, puis sénatrice, après sa retraire sportive Miriam Blasco n’est pas restée inactive. Sa victoire n’est pas qu’un accomplissement personnel, mais aussi un espoir pour toute une génération. Une génération impressionnée par cette victoire, à tel point qu’une rue d’Alicante porte le prénom de l’ancienne athlète.

Les JO de Barcelone ont été une porte ouverte au sport féminin.

« J’ai eu le privilège d’être la première à obtenir une médaille, mais il y avait davantage que la reconnaissance ou la gloire, expliquait-t-elle dans le quotidien El Mundo, en 2011. Moi et les autres sommes devenues une piste de réflexion ou un modèle pour les jeunes femmes. »

Vingt-cinq ans après les jeux Olympiques, la championne explique le sourire aux lèvres que :

« Nicola est la personne la plus importante de ma vie »

Miriam a choisi une alliance en argent pour elle, et confie une bague en or pour sa moitié, non pas comme des excuses, mais comme un clin d’œil, pour lui rappeler que c’est elle la vraie médaille, la vraie récompense de ces jeux.  Elle aime en plaisanter aujourd’hui.

« Elle m’a totalement pardonné pour cette défaite – Je ne sais pas si cette relation serait la même si j’avais perdu ».

Le judo n’a pour autant pas quitté leurs vies. Miriam dirige un club de sports et Nicola enseigne le judo dedans. Mais heureusement, cette fois-ci, il n’y a pas de médaille à gagner.

Vous aimerez aussi :