Daniel Cardoso : un comédien au physique et à l’humour ravageurs

Par Cécile Shams 

Le rendez-vous est donné à Châtelet. Le jeune trentenaire, beau brun aux yeux bleus-verts, arrive souriant. Nous nous posons alors à la terrasse d’un café. Intriguée par son aisance, je m’empresse de le questionner.

///Par Cécile Shams///

Ma première question porte sur sa passion de la scène. Ce parisien de naissance m’explique qu’enfant il était très timide mais qu’il avait beaucoup de choses à dire. Il s’inscrit alors à un cours d’improvisation pour adultes et obtient une dérogation grâce à sa précocité. « Je n’étais entouré que d’adultes. Par conséquent, j’avais un vocabulaire soutenu pour un gamin de cet âge » se remémore-t-il. Le prof voyant son potentiel le poussera à se dépasser. « Au début je ne comprenais pas cet acharnement, maintenant je le remercie » sourit-il.
Ce fils de journaliste est aussi un vrai globe-trotter. Il a vécu dans plusieurs villes, dont Lisbonne et Orlando. Il en retire une grande expérience. « Ca m’a permis de découvrir des modes de vie différents » explique t-il. Une matière qu’il utilisera dans quelques mois pour son premier one man show. En 2011, de retour en France, il crée un spectacle d’improvisation qui cartonnera durant deux ans. C’est d’ailleurs lors d’un de ses shows qu’il se fait repérer et proposer le travail de maitre de cérémonie. Une tâche agréable qui lui permettra d’officier aussi bien à Paris, Montréal ou encore Amsterdam.
Il anime sur scène la présentation d’acteurs de séries américaines prestigieuses dont Shannen Doherty (Charmed) ou Darren Chris ( Glee) en passant par James Daferty (Les Frères Scott) et Sarh Wayne Willis (Walking Dead). Il se liera même d’amitié avec les jumeaux Carver de la série Teen Wolf. C’est également en revenant des Etats-Unis que ce polyglotte commence à réfléchir à un projet de one man show. Il a tellement vu de situations cocasses en Amérique qu’il souhaite nous en faire profiter.
« Contes de faits » est un seul en scène qui sera sur les planches en septembre et qui a pour but la tolérance. Les thèmes abordés sont divers : du jugement de la sexualité en passant par le célibat aux propos racistes. Tout y sera dit sur le ton de l’humour. Un nouveau défi pour celui qui vient d’achever six mois de scène où il jouait le valet dans les « Fourberies de Scapin ».
Un excellent souvenir pour le comédien, qu’il a trouvé très formateur. « C’est la première fois que je faisais du classique et je me suis régalé. Pour mon rôle j’ai dû me concentrer à avoir l’air bête. Et puis, on était vraiment en osmose avec l’équipe. » raconte-t-il des étoiles encore plein les yeux. A la question de son éventuelle homosexualité, mister Cardoso me répond alors…

Vous aimerez aussi :