Transidentité : Les idées reçues ont la vie dure !

Alors que la question de la transidentité soulève encore en France de nombreuses interrogations et se retrouve parfois au cœur de polémiques, nous avons passé en revue, avec l’Association Transcendes Côte...

Alors que la question de la transidentité soulève encore en France de nombreuses interrogations et se retrouve parfois au cœur de polémiques, nous avons passé en revue, avec l’Association Transcendes Côte d’Azur (ATCA), quelques-uns des clichés les plus souvent véhiculés, demandant aux bénévoles d’y répondre avec des mots simples.

 

Cahier Grand Sud

 

 

La transidentité est une maladie mentale

La transidentité appelée « transexualisme » a quitté la classification des maladies mentales, en France, depuis 2010. L’OMS travaillait en 2016 sur le retrait de cette classification. Les personnes transidentitaires ne souffrent pas de leur transidentité mais des difficultés qu’elles rencontrent pour la vivre dans la Société.

La transidentité est le résultat d’un traumatisme

Dès leur plus jeune âge, certains enfants se reconnaissent d’un autre genre que celui qui leur a été assigné. Les parcours sont très variés et indépendants de traumatismes particuliers.

La transidentité est une question sexuelle

 Le terme « transexualité » encore parfois utilisé renvoie à une connotation sexuelle. Il lui est aujourd’hui préféré transidentité (transgenre), qui relève bien de l’identité de genre et ne renvoie pas à la sexualité.

Transvestisme, transidentité c’est la même chose.

Une personne peut aimer « passer » dans l’autre genre pour un temps, en adopter les codes tout en gardant son identité : je m’habille en homme mais je reste une femme. Une personne transidentitaire choisit de se présenter comme elle est dans son genre: c’est une femme qui se présente femme… Le genre est bien plus riche que la définition binaire homme-femme. Il existe une variété infinie et évolutive d’identités.

Les personnes transidentitaires sont des homosexuel(le)s non assumé(e)s

La transidentité n’est pas une question de sexualité.

Il y a plus de M to F (Male to Female) que de F to M (Female to Male)

Les proportions sont partagées dans la population à partir du genre assigné à l’origine.

Les personnes transgenres ont pour objectif une opération génitale ou esthétique

 

Vous aimerez aussi :