Pologne : Des lettres d’amour homosexuel en tête des ventes

C’est une grande surprise pour le monde de la littérature en Pologne. Le pays qui n’offre aucune reconnaissance pour les couples homosexuels vient de voir un recueil de lettres...

C’est une grande surprise pour le monde de la littérature en Pologne. Le pays qui n’offre aucune reconnaissance pour les couples homosexuels vient de voir un recueil de lettres d’amour gay en tête de ses ventes. L’auteur de ce succès inattendu ? L’écrivain Jarosław Iwaszkiewicz, dans une œuvre posthume qui fait office de coming-out.

 

Il est une des figures centrales de la littérature polonaise du 20ème siècle, Jarosław Iwaszkiewicz, auteur de poèmes, de récits, se place en top des ventes avec un recueil de lettres d’amour homosexuel. Une revanche sur le contemporain, ou la traduction d’une frustration forte dans le pays ?

En Pologne les minorités sont de plus en plus oubliées, ou discriminées. L’homosexualité reste un tabou. Selon l’étude annuelle Rainbow map menée par l’organisation européenne LGBT ILGA-Europe, la Pologne est en 2017 l’un des pays européens qui assure la plus faible protection juridique en la matière. Le code pénal polonais ne reconnaît pas les crimes ou délits à motivation homophobe.

Wszystko jak chcesz (« Tout ce que vous voulez ») est une puissante et touchante œuvre de l’écrivain homosexuel Jarosław Iwaszkiewicz.

L’homme de 86 ans s’est éteint en 1980. Considéré comme l’un des auteurs les plus éminents du 20ème siècle, c’est un artiste qui aimait naviguer à contre-courant.

Dans une nation où l’Eglise et l’Etat condamnent l’homosexualité, il est vite devenu une figure de proue dans la lutte contre les discriminations ou pour l’égalité sous toutes ses formes.

Un sondage du CBOS (Centre for Public Opinion Research) datant de 2013 montrait que seulement 12% de la population polonaise considérait l’homosexualité comme une « chose normale ».

 

Pourtant, les personnalités homosexuelles ne sont pas si absentes. Paradoxe dans les sphères du pouvoir, puisque Robert Biedron, élu premier magistrat dans la ville de Stupsk, avait révélé au pays son attirance pour les hommes en 2011. Le premier maire gay à avoir été élu a dû cependant essuyer la haine du peuple. Ils avaient été des milliers à manifester contre lui à Varsovie.

Ces lettres d’amour ne sont pas qu’une simple œuvre touchante, mais également un coming-out officiel posthume

 

 

 

 

 

Vous aimerez aussi :