Brighton : La plus grande Pride britannique n’a pas démérité !

Capitale LGBT d’outre-Manche, Brighton a tenu cette année une Pride des plus impressionnantes. Si vous n’avez pas pu vous y rendre cette année, voici un petit aperçu du paradis...

Capitale LGBT d’outre-Manche, Brighton a tenu cette année une Pride des plus impressionnantes. Si vous n’avez pas pu vous y rendre cette année, voici un petit aperçu du paradis de ce week end. Avertissement : vous allez vouloir réserver vos billets pour celle de l’année prochaine !

 

 

 

 

 

 

Ville côtière du Sud de l’Angleterre, Brighton a tout d’un petit paradis. Ville universitaire située à une heure à peine de Londres (Victoria Station) et à 25 minutes du Gatwick Airport, elle devient chaque été un haut-lieu de la diversité. Plusieurs dizaines de nationalités, de fiers représentants de chaque lettre de l’acronyme LGBTIQ… Et un Pride Village dont la notoriété n’est plus à faire.

 

 

 

 

Commençons par la Parade. Des milliers de personnes réunies sur le front de mer, défilant sous tous les drapeaux contre les crimes de haine et pour l’acceptation de l’autre. Une banderole géante aux couleurs de l’arc-en-ciel, des clameurs, des costumes… Tous les âges étaient présents, toutes les couleurs et tous les genres.

 

La plage à deux pas, certains n’ont pas hésité à s’y retrouver. Si la plupart des festivaliers se sont d’abord prémunis des averses dans les nombreux pubs de la ville, les plus courageux n’ont pas hésité à se rendre directement au chef-lieu des festivités, à savoir le « Pride Pleasure Gardens ».

 

 

 

 

 

 

 

 

Et c’est dans un immense parc au Nord de la ville que la magie continue d’opérer. Malgré une ville en liesse, ce lieu est la définition même de la magie. L’euphorie prend sitôt les contrôles de sécurité franchis. Il y en a pour tous les goûts, toutes les affinités. Des attractions à sensations fortes aux chapiteaux de méditation hindouiste, des food-courts vegan à ceux encensant la viande saignante BBQ, tout le monde est pris en compte.

 

 

 

 

 

Nous retiendrons surtout les concerts. Se déployait une scène immense encadrée des banderoles signifiant un mot d’ordre « Against All Hate Crimes » et le hashtag #SummerOfLove2017. Quant aux artistes qui s’y sont produits, ceux-ci étaient dignes des plus grands festivals purement musicaux. Ainsi, les Years&Years ont enflammé l’auditoire. Ils ont ensuite laissé place à une tête d’affiche d’anthologie et particulièrement appréciée du public : The Pet Shop Boys !

 

 

 

 

 

 

Et si vous n’étiez pas concert mais plutôt clubbing, pas de souci. D’immenses aires étaient dédiées à d’autres styles musicaux pour danser tout autant… Et qui sait, vous pourriez rencontrer un(e) Anglais(e) à votre convenance !

 

Pour conclure, nous pourrions ainsi reprendre la déclaration du chanteur des PSB : « Brighton’s brilliant ! » À l’année prochaine !

 

 

 

 

Vous aimerez aussi :

  • Existrans : les T et I sont dans la rue

    Le slogan de cette édition 2017 de la marche Existrans est fort à propos. Voilà 21 ans que le collectif abonde les rues parisiennes à l’occasion d’une journée par...
  • TRUMP ET LES LGBT : COMMENT IL LES A PIÉGÉ

    L’actualité est chargée, de l’autre côté de l’Atlantique pour les LGBT américains ces dernières semaines. Après la sortie du Président des États-Unis largement relayée sur les réseaux sociaux au...
  • Et un jour une « femme »…

    Comme quoi, même chez nos amies les bêtes, Les Feux de l’Amour gays existent « L’amour triomphe toujours » dit l’adage. Même malgré des rebondissements rocambolesques, ce sentiment reste d’une puissance...
  • OLIVIER MINNE : ENFIN LE COMING OUT !

    S’identifiant publiquement comme bisexuel depuis un peu plus de trois ans, Olivier Minne semble avoir tourné la page de cette révélation sur laquelle il revenait pourtant en Mars dernier...