Sortie du Mercredi : Lola Pater de Nadir Moknèche

Elle est ton père ! /Par Jimmy Parris/

Le 9 août, sort le nouveau film de Nadir Moknèche (Délice Paloma, Goodbye Morocco) porté par une actrice rare. Ne ratez pas ce délice-là ! Les miracles existent. En tout cas au cinéma. Parfois une vision, un acteur, une histoire et… Un ingrédient magique. Ce tout petit supplément d’âme comme l’a écrit Michel Berger, Lola Pater l’a. Un double miracle même, car ce film a bien failli ne jamais exister. La raison ? Un mystère. Ou bien une évidence…? Le sujet, le transsexualisme, ne serait pas tout à fait rentré dans les mœurs ? Eh bien qu’ils aillent se faire voir ailleurs, les mœurs, vous pouvez compter sur Lola Pater pour leur fourrer un sacré coup de pied au derrière. Rencontre avec le réalisateur d’une petite merveille…

 

/Par Jimmy Parris/

 

Pourquoi tant de problèmes à monter ce film ?

Eh bien justement, je n’en sais rien. J’aurais bien aimé que quelqu’un me dise droit dans les yeux : Voilà, c’est ça qui dérange. Peut-être auraient-ils préféré que ça se passe en banlieue ?… Peut-être que le fait qu’il s’agisse d’une histoire de filiation ?…Je ne sais pas. Mais tout cela a été très éprouvant.

Constatez-vous un recul des mentalités au cinéma?

Sans doute. Ce qui est certain, c’est que beaucoup de films tournés avant les années 90 ne pourraient plus être produits de nos jours. Je pense notamment à Mort à Venise… Quelle a été la première étincelle de cette histoire ? Elle remonte à 1993, je faisais mes études de cinéma à New York et j’habitais près d’une librairie où souvent des lectures et des séances de dédicaces avaient lieu. Un jour, par hasard, je suis tombé sur une transsexuelle qui racontait son expérience. C’était la première fois que j’entendais l’histoire d’unhomme devenu femme tout en restant marié à son épouse. Je ne l’ai jamais oublié…

 

D’où est venu le choix de Fanny Ardant pour interpréter Lola ?

C’est venu naturellement. J’avais gardé en mémoire une image d’elle dans Vivement Dimanche ! un plan où j’avais trouvé que sa silhouette avait quelque chose de masculin…

Fanny Ardant dans Vivement Dimanche ! de François Truffaut

Et donc, alors, Fanny Ardant ?

…Fanny Ardant (il se tait et sourit, comme pour dire que tout est dit). C’est quelqu’un d’exquis, de simple, très précise dans son travail, et ça c’est un vrai cadeau pour un réalisateur.

Avez-vous pensé à confier le rôle à une véritable transsexuelle ?

Bien sûr, mais je n’en connaissais pas. Au lieu de ça, je me suis inspiré de plusieurs destins, dont celui de Bambi. J’ai beaucoup aimé le film de Sébastien Lifshitz ; et elle, je la trouve très touchante, inattendue, elle a pris sa vie en main. J’aime beaucoup quand elle dit : « Je veux bien ne pas choquer la société, mais je veux qu’on me laisse libre…»

« Il est bien qu’il y ait davantage de films avec des personnages homosexuels, sans que cela soit le sujet principal de l’histoire. »

 

Quel est votre sentiment par rapport aux films à thématique LGBTI ?

Qu’il est bien qu’il y ait davantage de films avec des personnages homosexuels, sans que cela soit le sujet principal de l’histoire. C’est un excellent procédé, parce que ça tend la main aux gens et leur ouvre les yeux, mais sans les braquer.

Quels sont les premiers retours ?

Bons, pour l’instant. Le mot qui revient le plus c’est « tendresse », et ça pour moi c’est un très beau compliment.
Lola Pater de Nadir Moknèche
ARP Sélection
1h35
Sortie le 9 août
Ca parle de quoi ? A la mort de sa mère Zino décide de retrouver son père, Farid. Mais, il y a 25 ans, Farid est devenu Lola…

Vous aimerez aussi :