XTOPHE MATHIAS : LE MILITANT DES PREMIERES HEURES D’ ACT UP PREND LA PAROLE

« Si tu veux que les choses avancent, il faut que tu te prennes en main! » Si le film 120 battements par minute est reconnu à la fois comme un succès critique...

« Si tu veux que les choses avancent, il faut que tu te prennes en main! »

Si le film 120 battements par minute est reconnu à la fois comme un succès critique et commercial, Act Up-Paris ne peut se réduire à une fiction du 7e art. Créée en 1989, elle ne cesse de lutter pour l’endiguement du VIH, la reconnaissance des malades et la prévention pour tous. Nous avons eu l’honneur de rencontrer Xtophe Mathias, activiste de la première heure, qui nous a parlé avec émotion et fierté des combats passés, en cours et à venir.

Par Léo Fourrier

 

En quoi Act Up-Paris peut-elle être considérée comme association à part?

C’est bizarre à dire, mais on est pas des « gentils ». Parfois y en a marre de discuter, discuter…Quand les choses n’avancent pas, il faut faire de l’action publique. Avec les réseaux sociaux ça à changé. Il y a tellement d’informations délirantes… Les actions se noient dans la masse. Mais on voit souvent qu’ Act Up a encore une certaine aura.

« 50% des séropositifs meurent d’un cancer… »

Quelles sont les missions d’Act UP?

On se place toujours du point de vue des malades. Comment on le vit. C’est bien gentil de nous dire « il y a des effets secondaires », on est là pour ceux qui le vivent et pour qu’ils le vivent mieux. D’où le slogan « information=pouvoir ». On a la stratégie d’empowerment! On est là pour faire bouger les choses avant tout. En gros, on n’est pas une association de consommateurs.

[…]

Interview à retrouver en intégralité dans Garçon Magazine, numéro 11, disponible chez votre marchand de journaux.

Vous aimerez aussi :