LE GIBUS : BASTION GAY DE REPUBLIQUE

Situé à deux pas de la place de la République, le Gibus est l’un des clubs qui ne désemplit pas. Scène rock de la capitale mais aussi pop ou...

Situé à deux pas de la place de la République, le Gibus est l’un des clubs qui ne désemplit pas. Scène rock de la capitale mais aussi pop ou électro, le nom est sur toutes les lèvres. Nous avons pu rencontrer son gérant, Jean-Bernard Meneboo, qui nous a parlé avec passion de l’établissement en vogue de la nuit gay parisienne.

Par Léo Fourrier

 

Quand est né le Gibus ? Quelle était l’idée qui a conduit à sa fondation? 

En 1968, c’était d’abord une pizzeria avec une petite piste de danse. Au fur et à mesure, il est devenu un club très réputé sur la scène rock puis a évolué sur le hip-hop pour finir en clubbing-électro, mais tout en gardant son côté rock sous forme de concerts plutôt que de soirées.

Quelle(s) clientèle(s) peut-on y rencontrer ?

C’est très éclectique. Quand c’est en mode concert, on va plutôt rencontrer des rockeurs, des punks, des métalleux. Sur le clubbing, on a une clientèle essentiellement gay, allant de ceux qui aiment la musique pop à du gay très ethnique : hip-hop, R’n’B…En passant bien évidemment par l’électro.

Comment le Gibus se différencie-t-il des autres clubs gays parisiens?

Mieux que de répondre à cette question je pense qu’il faut venir pour voir. Quand vous êtes au Gibus, il y a une ambiance et un échange entre les personnes. Les gens dansent, les gens parlent. C’est de là que m’est venu le hashtag #Commealamaison. C’est ce que ressentent les gens, voilà la vraie différence.

[…]

 

Interview à retrouver en intégralité dans Garçon Magazine, numéro 11, disponible chez votre marchand de journaux.

 

Vous aimerez aussi :