AURORE « La notion de différence est créée pour rassurer les peurs des ignorants »

Avec plus de 3000 abonnés à sa chaîne Youtube, la jeune femme de 32 ans trace sa route, toujours avec bienveillance. Son crédo : aider le public lesbien à s’accepter. Mais pour...

Avec plus de 3000 abonnés à sa chaîne Youtube, la jeune femme de 32 ans trace sa route, toujours avec bienveillance. Son crédo : aider le public lesbien à s’accepter. Mais pour Garçon, c’est davantage un message de tolérance et d’ouverture d’esprit qu’elle adresse à l’ensemble de la communauté. A méditer. 

« Le poids des mots, c’est un constat qui m’interpelle de plus en plus. Les gens y accordent beaucoup trop d’importance, et oublient de s’écouter eux même au passage. Pourtant, les mots font très mal et en contradiction peuvent être un havre de paix.  

J’ai commencé à parler du milieu lesbien en tant que chroniqueuse sur la chaine Youtube d’un ami. Je me suis rapidement prise au jeu et je me suis penchée sur cette thématique, afin de les aider à s’accepter et à prendre de l’assurance. Suite à cela, j’ai ouvert ma propre chaine Dis-moi Aurore, et c’est par cette expérience que je me suis vite rendu compte du mal-être des abonnés qui me suivent, de l’impact des mots, des préjugés, que leur entourage peut volontairement ou non leur infliger. Mais, je ne voulais pas me limiter à ce seul public, car pour moi peu importe qui on est, finalement on rencontre tous les mêmes problématiques dans ce monde où les amalgames sont rois… Mon message est clair : la notion de différence est créée pour rassurer les peurs des ignorants… Car elle n’existe pas !  

Je tente au travers de mes vidéos, de briser les clichés et ces foutues étiquettes qui déchirent notre humanité. J’essaie de redonner confiance en m’appuyant sur mes propres expériences. Je reçois de nombreux messages de personnes qui veulent des conseils sur « comment annoncer son homosexualité à sa famille ». Je leur dis souvent que cette étape n’est pas obligatoire. Après tout, les hétérosexuels n’ont pas besoin de dire qui ils sont et ça devrait être naturel chez nous aussi. L’effet « coming-out » a été trop à la mode ces dernières années, et inconsciemment on se renferme dans un « titre » qui n’a pas lieu d’être. Beaucoup trop de personnes s’attardent sur l’image qu’ils renvoient et s’auto-flagellent sans s’en rendre compte. Cela nous conduit à tous nous renfermer.  

Je m’aperçois que les gens ont peur, et d’autant plus dans notre milieu. On s’efforce de changer notre identité pour ne pas rentrer dans les clichés que les autres ont créés. On reste en général fixés sur ce que renvoient les autres, Chacun reste de son coté, avec pour seule arme le jugement, et ce même au sein de la communauté LGBTQ+. Inconsciemment on est tous plus ou moins régit par cette attitude sans doute comme système de défense. Malheureusement on retrouve cela au quotidien, au travail, et même dans les lieux de détente.  

Et je veux en finir avec tout ça. 

Ma démarche ? Je souhaite que tout le monde puisse se sentir en accord avec soi-même, réapprendre à se connaître, à apprécier qui il est et vivre tout simplement sans contrainte. Je tente d’aider chaque personne, homme ou femme, gay ou hétérosexuels, peu importe finalement. Je traite de l’humain et, ce même si on peut me coller l’étiquette lesbienne sur le front. Le plus important, c’est d’apprendre à s’aimer. C’est la clé de la réussite pour moi dans tous les domaines. Ma priorité, c’est de les amener vers le mot « heureux » qui, pour le coup, devrait être employé sans aucune limite… » 

Aurore 

PLUS D’INFOS 

Vous souhaitez découvrir Aurore ? Retrouvez-là sur sa chaîne : 

(sigle Youtube) @dis-moi aurore 

(sigle facebook) @dis.moi.aurore 

Vous aimerez aussi :

FERMER
CLOSE