LESBIENNES : Les oubliées de la communauté

...

Rappelez-vous, il y a 5 ans, la communauté LGBT+ s’unissait pleine d’espoir, au nouveau président socialiste. Union qui porta ses fruits avec la bataille du mariage pour tous, remportée. 5 ans plus tard, le souffle euphorique de voir les socialistes faire avancer les droits LGBT+ est retombé. L’arrivée d’Emmanuel Macron ne semble pas faire vibrer la France qui parade sous l’arc-en-ciel. Et pour cause, durant sa campagne, Macron ne s’est pas vraiment fait remarquer pour son engagement envers les LGBT+. Les lesbiennes de la communauté attendent beaucoup de ce nouveau quinquennat et espèrent encore une fois, voir une loi sur la PMA éclore. Mais ces lesbiennes ont-elles vraiment la parole dans la République qui est la notre?

Juliette BECK

 

5 ans après le pacte socialiste

 

A  l’heure où la 40e marche des fiertés parisienne a eu lieu (au mois de juin), la revendication, cette année, était claire : La PMA pour toutes les femmes sans condition, sans restriction, c’est maintenant. L’actuel Président avait affirmé durant sa campagne, être favorable à une loi permettant aux femmes lesbiennes d’accéder à la Procréation Médicalement Assistée. Une demande que la communauté lesbienne eut déjà formulée auprès du prédécesseur de Monsieur Macron. Une promesse que François Hollande n’avait pas su mettre en place durant son quinquennat. Rien n’a encore été exprimé sur la possibilité de concrétiser une telle loi, de la part du nouveau Président. Durant sa campagne, sa position et son engagement envers les LGBT+ ont largement été pointés du doigt. Il a même su s’attirer les foudres des associations, en déclarant le 15 février dernier, que le gouvernement de François Hollande avait « humilié la France de la manif pour tous ». Face aux nombreuses accusations, le futur Président, à l’époque, avait publié une lettre ouverte où il affirmait vouloir être « le président de la République qui donnera à toutes les citoyennes et tous les citoyens, les mêmes possibilités de déployer leur liberté et de vivre la vie qu’ils souhaitent ». Les associations lesbiennes demandent la mise en place d’un planning législatif, mais le chef de l’Etat semble faire un peu la sourde oreille.

 

[…]

 

Article à retrouver en intégralité dans Garçon Magazine, numéro 11, disponible chez votre marchand de journaux.