Des beaux mecs sous le sapin !

Comme dirait Jon Snow, « Winter is coming ». Après les raclettes et les fondues savoyardes, viendra le temps des dimanches sous la couette où les pieds se frôlent timidement avant que vous et votre amoureux...

Comme dirait Jon Snow, « Winter is coming ». Après les raclettes et les fondues savoyardes, viendra le temps des dimanches sous la couette où les pieds se frôlent timidement avant que vous et votre amoureux ne vous sautiez dessus. Pour Faire monter la température, Optimale vous propose des films aux genres variés, mais tous pleins de beaux garçons ! 

Jonathan Scibetta 

King Cobrade Justin Kelly 

Ca parle de quoi : 

A l’été de ses 18 ans, Sean rencontre le producteur et fondateur du label  de films porno gay, Cobra Video, qui décide d’en faire sa nouvelle muse. Brent Corrigan est né ! Rapidement, Brian Phillips, rebaptisé dans le film, « Stephen », tombe amoureux du jeune homme qui se dénude devant son objectif. Lorsque Brent souhaite s’éloigner de son mentor et  travailler avec Joe et son petit-ami Harlow, lui aussi acteur de film porno, les choses dégénèrent…  

Sa sensualité semble innocente, mais son regard « pue » le vice ! Stephen détecte immédiatement un avenir prometteur chez le garçonnet dont il va s’éprendre. On voit d’ailleurs venir à des kilomètres, que le Twink  ( Gay sexy à peine sorti de l’âge adulte ),  va s’attirer des problèmes et en causer aux autres, à jouer avec le feu. Si l’intention du réalisateur est de faire passer Brent Corrigan  pour un minet arriviste, Garrett Clayton se débrouille plutôt bien et est de surcroit, très excitant. On salue aussi la prestation de James Franco, qui nous met l’eau à la bouche dans le rôle du producteur gay un peu taré. 

King Cobra sortira en DVD le 7 décembre prochain, retrouvez une sélection de 250 films, dontOne kiss, réalisé en 2016. Rendez-vous sur Optimale.fr. Avec Garrett Clayton, James Franco, Keegan Allen, Christian Slater  

Légende : Agé de 17 ans lors de son premier film, Brent Corrigan révéla lors de son procès contre Combra, qu’il avait falsifié ses pièces d’identité pour être embauché  

Closet Monster de Stephen Dunn 

Ca parle de quoi : 

 Oscar Madly est enfant lorsque ses parents divorcent. Resté seul avec son père, un peu homophobe et obsédé par les vampires, il trouve refuge auprès de Buffy, son hamster parlant. Alors qu’il se découvre une attirance pour un jeune homme de son âge, les images de la scène du passage à tabac et du viol, d’un jeune homosexuel, à laquelle il avait assisté, lui reviennent…  

Certains films laissent présager aisément, ce qui va se passer d’une scène à l’autre, celui-ci vous tient en haleine pratiquement tout au long. Les musiques électro comme Forgive me, d’Austra ou le titre B*tch d’Allie X  et la manière dont les plans sont tournés, assure l’effet  psychédélique que l’on attend après avoir vu le teaser.  Il est  facile de s’identifier à Oscar, le personnage principal, pour peu qu’on ait  été un adolescent homosexuel, fou amoureux du caïd du coin. Le père du jeune homme, souvent visible à l’écran est tantôt attachant, tantôt détestable, on se demanderait presque, si le monstre du placard ce n’est pas lui… 

Après avoir vu Closet Monster, vous resterez perplexe sur la fin… libre à vous de choisir la votre ! Avec Connor Jessup, Aaron Abrams, Isabella Rossellini et Aliocha Schneider 

Vous aimerez aussi :