Hong Kong joue le jeu des Gay Games

Hong Kong aime se définir par sa société internationale libérale et tolérante, mais l’attention publique et la protection institutionnelle envers la communauté LGBT sont limitées. La ville va pourtant...

Hong Kong aime se définir par sa société internationale libérale et tolérante, mais l’attention publique et la protection institutionnelle envers la communauté LGBT sont limitées.

La ville va pourtant jouer le jeu et aller plus loin en la matière en devenant le premier hôte asiatique des Gay Games. Cela en dit long sur l’importance finalement tacite mais réelle de la communauté lesbienne, gaie, bisexuelle et transgenre au sein de cette société d’avant-garde.

Les Gay Games ont du mal à accéder à une reconnaissance égale à d’autres événements sportifs, malgré leurs 35 ans d’existence. Ils sont néanmoins l’équivalent des Jeux Olympiques dans le monde LGBT, avec des dizaines d’événements aquatiques et d’athlétisme. Si l’expérience se veut une marque d’ouverture et un symbole d’acceptation, les Jeux devraient attirer des dizaines de milliers d’athlètes du monde entier. Les avantages économiques et la publicité internationale pour la ville seront substantiels.

Malheureusement, certains groupes homophobes affirment que les Jeux encourageront l’homosexualité et espèrent que le gouvernement ne prendra pas part en leur faveur. Les Jeux accueillent des concurrents homosexuels et hétérosexuels. Si les autorités sont censées faciliter d’autres manifestations sportives, elles ne devraient pas les traiter différemment…
Pour qu’un tel spectacle réussisse, le soutien du gouvernement est essentiel. Mais la réponse a été donnée par le directeur général Carrie Lam Yuet-Ngor sur la loi anti-discrimination : Lam et le ministre en charge des droits de l’homme ont promu le projet et la ville accueillera officiellement les Jeux en 2022. La clameur de la communauté LGBT pour plus de protection n’en tarira pas pour autant.

Taïwan légalisant le mariage homosexuel et Hong Kong accueillant les Gay Games, les LGBT sont en droit de s’attendre à une évolution des moeurs dans la région. Le soutien apporté aux Jeux est un bon début : c’est une opportunité d’éducation et de sensibilisation de la population à des problématiques jusque là tabous. « L’image de l’Asie serait ternie de ne pas embrasser pareille preuve d’égalité, en phase avec les droits de l’homme que nous prêchons. » dit Lam.

Vous aimerez aussi :