François Sagat : Comeback(s) !

(En partenariat avec PinkX) Revoir François Sagat toujours aussi beau, charismatique et accessible lors de la soirée de lancement des « PinkX Gay Video Awards » au Dépôt ne...

(En partenariat avec PinkX)

Revoir François Sagat toujours aussi beau, charismatique et accessible lors de la soirée de lancement des « PinkX Gay Video Awards » au Dépôt ne pouvait que nous donner envie d’une interview. Après un mini concert à Paris – eh oui, il chante ! – et avant de découvrir son nouveau film « Paris Perfect » en décembre sur PinkX.EU, François nous a fait la joie de nous rencontrer et de répondre à nos questions …

Par Thom

Crevons tout de suite l’abcès. En 2011, tu avais déclaré que si tu revenais dans le porno, c’est que tu serais désespéré …

Et c’est encore le cas je pense ! (Rires.) J’ai commencé ma carrière en 2004/2005. Elle a explosé en 2005 avec Raging Stallion. Ce succès, je ne l’avais pas planifié. Et quand ça arrive si vite et que tout vous est servi sur un plateau pendant des années, malgré vous, vous finissez par être arrogant. Et je me suis dit à un moment que je valais mieux que ça et qu’il était temps d’arrêter cette carrière. J’ai fait des projets avec Bruce LaBruce, j’ai réussi à faire un film d’auteur, et je me suis dit que j’allais faire plus encore. Et finalement non. Le temps passe, on arrête et on constate que c’est cette activité-là qui vous a propulsé.

En fait, tu navais plus tourné de film porno depuis « Incubus » que tu avais réalisé en 2012 pour Titan 

Oui, cinq ans que je n’avais pas été sur un tournage porno. C’est long. On se rend compte qu’il y a quelque chose qui vous manque. L’idée du tournage est quelque chose d’addictif. On aime travailler avec des gens, se mettre au service de leur vision. C’est du porno, certes, mais c’est aussi une expression artistique, bien que pas mal de personnes jugent cela comme non respectable. J’ai pourtant travaillé avec plein de gens sérieux et dignes de respect. Passer du temps avec les acteurs, pendant ou en dehors des tournages, faire des voyages, tout cela me manquait aussi. C’est pour ça que j’ai repris.

Comment as-tu procédé pour faire ton comeback ?

En fait, je ne savais plus trop ce qui se passait. Alors j’ai fait appel à Damien Crosse car on est resté en contact et lui il n’a pas arrêté de tourner. Il m’a dit : « Oh la la, tu aimerais revenir ? »

[…]

Article à retrouver en intégralité dans Garçon Magazine numéro 12, disponible chez votre marchand de journaux.

Vous aimerez aussi :