Zak Ostmane – La reconnaissance de l’homophobie

Zak Ostmane est gay et persona non grata dans son pays d’origine, l’Algérie, pour y avoir milité en faveur de la dépénalisation de l’homosexualité. Agé de 32 ans, ce...

Zak Ostmane est gay et persona non grata dans son pays d’origine, l’Algérie, pour y avoir milité en faveur de la dépénalisation de l’homosexualité. Agé de 32 ans, ce réfugié qui vivait en France, depuis 3 ans au moment des faits, se rend dans un bar gay-friendly un soir de mars dernier… La suite de l’histoire est sordide. Retour sur une affaire qui a fait de Marseille le terreau d’une large indignation militante. Suivent trois questions à son avocat, spécialiste dans ce genre d’affaires, Tewfik Bouzenoune.

Par Bruce Bouvier

Cette soirée du vendredi 3 mars signe le début d’une descente aux enfers pour le jeune homme qui, violé et battu à maintes reprises, voit la fin de son calvaire dans le passage salvateur de la police sous la fenêtre de la chambre d’hôtel où ses ravisseurs l’ont séquestré durant plus de 48 heures. Une affaire qui, portée par la violence des faits, défraie d’emblée la chronique locale avant de retentir à l’échelle nationale.

Zak Ostman danse dans un bar à Marseille. Sa bière est droguée. Un homme l’aborde qui lui propose d’aller boire un verre à l’hôtel où il séjourne. La future victime accepte l’offre, sans remarquer au départ que l’homme est accompagné d’un ami qui, une fois Zak entré dans la chambre, se joindra à eux. Les deux homme passent une première fois Zak à tabac avant de lui lier les membres à l’aide des draps de l’hôtel. S’ensuit le viol du jeune homme par les deux hommes qui se révèlent être des ex-militaires. Les violences ne forceront pas Zak à divulguer le vrai code de sa carte bleue à la demande de ses agresseurs qui le roueront de coup en représailles. Le dimanche matin, Zak aperçoit […]

Article à retrouver en intégralité dans Garçon Magazine numéro 12, disponible chez votre marchand de journaux.

Vous aimerez aussi :